Maine et Loire

En Maine-et-Loire, 28 centres de consultations dédiés au Covid-19

20 mars 2020 à 12h11 Par Alexis Vellayoudom
700 consultations rien qu'hier sur 26 centres
Crédit photo : Alexis Vellayoudom

Dans le cadre du plan Coville 49, ces sites tenus par des médecins traitants, proposent des consultations Covid. 700 consultations rien qu'hier.

Les médecins traitants en première ligne. Hier, l'ARS Pays de la Loire, en collaboration avec le CHU d'Angers, l'Ordre des Médecins 49, le Groupement hospitalier de territoire, GHT49, et l'ensemble des médecins, le plan Coville 49. Le GHT s'appuie sur les 13 secteurs de garde de permanence des soins du Maine-et-Loire et des maisons de santé pluri professionnelles.

En dix jours, ils ont mis en place 28 centres, répartis sur le département, proposent des consultations médicales "Covid-19". L'objectif, proposer une médecine de ville pour "assurer une solution de prise en charge des patients Covdi-19, limiter la propagation du virus en accueillant les patients dans des structures dédiés et éviter la saturation des appels au Centre 15 et au SAMU". "Hier, on a enregistré 700 consultations sur 26 centres, avec 4/5 cas avérés. 120 médecins se sont relayés par tour de garde de 3h", explique Luc Fouché, président du Conseil département de l'Ordre des Médecins 49. 

Le plan Coville 49 est efficace puisque d'autres départements s'intéressent au dispositif. 

Le Maine-et-Loire sur le qui-vive

Actuellement, le CHU d'Angers est réparti en deux pôles. Une zone non-covid-19 et une zone covid-19 où 100 lits en réanimation sont disponibles. D'ici quelques heures, le CHU devrait avoir mobilisé 50 lits supplémentaires. La région dispose de 450 lits actuellement. Le département enregistre à aujourd'hui, 60 cas, dont 20 hospitalisés et 5 en réanimation. 21 patients suspectés sont en cours d'analyse. Plusieurs structures sont mobilisées du CHU d'Angers à l'Etablissement spécialisé du Césame ou la Clinique Saint-Léonard. 

Depuis quelques jours, les services hospitaliers enregistrent beaucoup de soutien. 150 externes en 3ème année de la Faculté de médecine sont venus aider pour de l'accueil et interroger les patients. Le personnel du CHU a trouvé des solutions de gardes avec les crèches mutualisées, les écoles. Les services de la Préfecture favorisent les déplacements des soignants. 

Même si les services hospitaliers ont réussi leur organisation. La direction tient a rappelé que les urgences sont toujours sous tension malgré une baisse de 20 % de la fréquentation. "Les patients Covid-19 demandent beaucoup d'attention et de temps". D'après les projections, le CHU d'Angers s'attend à un pic "à la fin de la première d'avril".