En Maine-et-Loire, il manque plus de 100 familles d'accueil pour les enfants placés

Actualités Maine et Loire 

17 décembre 2020 à 9h26 - Modifié : 17 décembre 2020 à 10h11 par Alexis Vellayoudom

Pour trouver de nouvelles familles d'accueil, le département veut revaloriser les indemnités et mettre en avant le métier

OXYGENE RADIO
image d'illustration
Crédit: Alexis Vellayoudom

Il faut davantage de familles d’accueil dans le Maine-et-Loire. C’est ce qu’explique le président du Conseil départemental, Christian Gillet. Aujourd’hui, 2 000 enfants sont confiés au département, 1 000 répartis dans 560 familles d’accueils, l’autre moitié en internat à caractère social, "il est préférable d'envoyer ces enfants dans des familles, ils seront mieux préparés à devenir des adultes responsables", explique le président du Conseil départemental, Christian Gillet. 

Écouter le podcast

À ce jour, il manquerait un peu plus de 100 familles d’accueil sur le Maine-et-Loire pour faire face à la hausse du nombre d'enfants placés par la justice. Le département va revaloriser les indemnités des assistants familiaux, "les indemnités d'entretien, d'adhésion à des clubs de sports, de musique, des indemnités de déplacement, des indemnités d'habillement qui contribuent à aider les familles à accueillir au mieux ces enfants qui ont des besoins particuliers", décrypte Christian Gillet. 

Des familles jeunes pour combler les départs en retraite

Et le département vise des profils jeunes, "beaucoup de familles sont proches de la retraite. La plupart ont plus de 50 ans", précise le président du Conseil départemental, avant d'ajouter, "il faut des qualités particulières parce que les enfants ont un profil et une histoire singulière, souvent violente. Il faut des gens qui aient une stabilité émotionnelle, familiale et un grand sens de l'éducatif". 

En parallèle, le département veut mettre en avant le métier, "c'est un métier peu connu qui doit être mieux reconnu. Et c'est un métier exigeant, mais on les aide", confie Christian Gillet. Le président du Conseil départemental souhaite aussi une harmonisation des prises en charge et de la rémunération des familles entre les différents départements des Pays de la Loire.