En Maine-et-Loire, les agriculteurs acheminent de la paille des autres départements

Actualités Maine et Loire 

La FDSEA 49 a reconduit son opération paille pour la 3ème année consécutive. 270 camions pour livrer 4 000 tonnes de paille aux éleveurs angevins

OXYGENE RADIO
A Angrie, Frédéric Robert a acheminé 14 tonnes de Seine-et-Marne
Crédit: Alexis Vellayoudom

15 décembre 2020 à 15h44 - Modifié : 15 décembre 2020 à 16h14 par Alexis Vellayoudom

Le bétail va pouvoir dormir sur la paille dans les exploitations du Maine-et-Loire. Pour la 3ème année consécutive, le syndicat agricole la FDSEA 49 a mis en place une opération paille Objectif, ahceminer de la paille de Seine-et-Marne et Indre-et-Loire pour approvisionner les agriculteurs angevins, car cette année encore, la ressource manque, tant dans les Pays de la Loire que dans le Maine-et-Loire. Une livraison avait lieu dans une exploitation à Angrie mercredi dernier.



Reportage à Angrie


 


Sur son tracteur, Frédéric Robert, décharge 14 tonnes de pailles venues de Seine-et-Marne. Cette année, cet éleveur en a importé 45 tonnes pour pailler ses 100 vaches.


 


"le camion de ce matin, il est à plus de 100 euros. C'est énorme ! C'est une charge supplémentaire qui n'est pas la bienvenue, mais on a de la paille pour nos animaux".


 


À cause des intempéries de l’hiver dernier, le département a connu une pénurie de paille. Un rendement divisé par deux, seulement 2 tonnes à l’hectare. L’opération paille 2020 est donc exceptionnelle. Damien Boussiron est directeur adjoint du syndicat la FDSEA 49,


 


"en année normale, on est un peu près à 2 000 tonnes, là on va acheminer 4 000 tonnes ce qui représentent 270 camions".



Mais faire venir de la paille à un coût. Heureusement, le syndicat s’y est pris tôt,


 


"on a anticipé les choses donc on resté sur des prix marchés, 90-95 euros la tonne. Aujourd'hui, le prix de la paille, on est autour de 120 euros".


 


Une ressource qui manque en Maine-et-Loire



Écouter le podcast


 


La faute aux conditions climatiques de l’automne 2019. Frédéric Robert, éleveur de vaches laitières et génisses,


 


"on a semé dans des conditions qui n'étaient pas bonnes. On a pris 800 mm tout l'hiver donc les céréales dans des sols argileux ont noyé. J'en ai cassé une grande partie au printemps",


 


Conséquence à l’échelle du département, un rendement en paille divisé par deux. Damien Boussiron, directeur adjoint de la FDSEA 49,


 


"en année normale, on est à peu près à 4 tonnes par hectare. À la moisson 2020, on était plutôt à 2 tonnes par hectare",


 


Une production en baisse depuis quelques années pour un grand nombre d’élevages sur le territoire. Et une paille locale qui part vite,


 


"la paille disponible dans notre département souvent elle est réservée d'une année sur l'autre par les éleveurs. Là, on a surtout acheminé de la paille pour de la paille qui n'a pas poussé cette année. La logique voudrait qu'on trouve des solutions au sein du département. Parce que les coûts de transports sont élevés".


 


Et pour refaire un stock de paille ça prend du temps. Le syndicat agricole a déjà prévu de réitérer l'opération l'année prochaine.