"Est-ce que toutes les entreprises vont passer le cap ?", s'interroge Jacky Chauveau, président du Pays Meslay-Grez

Actualités Mayenne 

Depuis de le début de l'année, le Département fait le tour des EPCI, l'occasion de faire un point sur les projets et l'impact de la crise sanitaire

OXYGENE RADIO
Le président du Conseil départemental Olivier Richefou s'est rendu dans toutes les EPCI
Crédit: Département de la Mayenne

4 février 2021 à 10h30 - Modifié : 4 février 2021 à 10h46 par Alexis Vellayoudom

C’est peut-être qu'en 2022 qu’on verra les pots cassés. Depuis le début de l’année, le Département fait le tour des Communautés de communes pour faire un point sur les contrats de territoire 2016-2021 où 100 millions d’euros ont été investis.

Au Pays de Meslay-Grez, c’était l’occasion de faire le point sur les projets financés et en cours, 27 projets communaux aidés par le Conseil départemental pour un montant de 338 905 euros et un total d'investissement de 3,3 millions d'euros. La Communauté de communes a bénéficié d'une dotation de 890 826 euros. Parmi les projets en cours, la nouvelle zone d’activité à Saint-Loup-du-Dorat, l’expansion du pôle santé à Meslay-du-Maine et la création d’une annexe à Villiers-Charlemagne.

Une crainte pour les entreprises locales

Le Pays de Meslay-Grez n'a pas été impactée par la crise sanitaire et notamment les délais de réalisation des projets, "nous avons réussi à tenir les délais malgré l'arrêt des chantiers pendant 7 semaines", explique Jacky Chauveau, président du Pays Meslay-Grez.

Jacky Chauveau sur les entreprises locales

Ce qui inquiète Jacky Chauveau, président de la Communauté de communes du Pays Meslay-Grez, c’est la crise économique qui va suivre cette pandémie et le manque de visibilité pour les entreprises, "est-ce que toutes vont passer le cap ? Est-ce qu'il y en a qui resteront sur le carreau ? La plupart des entreprises vivent sous perfusion. Ce dont on a peur, c'est quand ça va s'arrêter. Quoiqu'il en coûte, peut-être que ça s'arrêtera un jour. Plus de craintes sur fin 2021 ou en 2022 à la reprise on verra les dégâts causés par cette pandémie", confie Jacky Chauveau. 

Olivier Richefou sur la fibre

Le Département a aussi fait les frais de la crise puisque le chantier de la fibre a été impacté, "nous devions être fibrés en totalité à la fin de 2021, nous le serons en 2022 parce que la crise n'a pas permis à des entreprises de faire des travaux d'enfouissements ou de poses de câbles dans notre campagne. Cela a occasionné un retard préjudiciable", explique le président du Conseil départemental Olivier Richefou. 

 

 Un plan Mayenne Relance de 4 millions

Pour relancer l'activité économique, le Département a lancé un premier volet du plan Mayenne Relance, 4 millions d'euros pour les communes de moins de 10 000 habitants, "pour que les 240 communes de la Mayenne puissent réinvestir. La bonne surprise, c'est ce que ça fonctionne. Il y a déjà 8 projets. Ce sont surtout des projets qui peuvent être mis œuvre dans des délais très bref. Il faut qu'ils commencent avant le 1er juillet. On voit beaucoup de travaux routiers ou d'amélioration énergétique", explique Olivier Richefou. Les communes du Pays Meslay-Grez ont reçu 253 025 euros. 

Olivier Richefou sur le plan Mayenne Relance

Un deuxième volet d'une enveloppe de 3 millions d'euros à destination des Communautés de communes sera versé pour de la rénovation énergétique de patrimoine et d'amélioration des stades en gazon synthétique. Le Pays de Meslay-Grez a reçu 275 832 euros.