Mayenne

La-Selle-Craonnaise. La vanne du barrage doit être mise aux normes à La Rincerie

29 octobre 2020 à 10h00 Par Alexis Vellayoudom
La vanne située sur le ponton (droite)
Crédit photo : Alexis Vellayoudom

Le Pays de Craon doit mettre aux normes la vanne du barrage dans les plus brefs délais. Une vidange de fond va être réalisée. L'accès à la digue sera bloqué jusqu'à mars.

Une mise aux normes au barrage de la Rincerie à la Selle-Craonnaise ! Classé en catégorie C, soit un barrage qui retient entre 700 000 et 1,2 millions de mètres cube d’eau, le barrage de 200 mètres de long et 7,5 mètres de haut est alimentée par le cours d'eau de l'Uzure.

Mais la Direction Régionale de l’aménagement de l’environnement et du logement demande au minimum une manœuvre par an de la vanne de vidange de fond, sauf que celle-ci ne fonctionne plus depuis 1989 et n’est plus étanche.

Dorinne Baloche - Calendrier travaux

La Préfecture demande au Pays de Craon une mise aux normes dans les plus brefs délais. Les travaux débutent donc le 2 novembre, "avec une vidange partielle du bassin. À compter du 9 novembre, réalisation d'un batardeau qui consiste à faire un barrage autour de la vanne de vidange de fond existante. Nous allons ensuite déposer la vanne, construire un nouveau moine pour faciliter les prochaines interventions sur la vanne. Remettre deux nouvelles vannes pour plus de sécurité puis évacuation du batardeau", explique Dorinne Baloche, vice-présidente du Pays de Craon en charge du sports et du tourisme. 

Les travaux seront réalisés par Chazé TP et La Verchéenne. L'accès à la digue pour les véhicules sera bloqué du 2 novembre au 19 mars. Une déviation est mise en place via la D150. Le montant de l'opération est de 570 000 euros HT financé par l'Etat au titre de la DETR et de la DSIL avec une participation de 129 615 euros du Pays de Craon. 

Un batardeau conséquent de 22 000 tonnes

Entre le 9 novembre et le 19 décembre, 30 à 35 camions par jour vont défiler sur le site, "soit un camion toutes 15 minutes" d'après Lionel Perino, directeur du site. "On a 22 000 tonnes de matériaux, du 0,600 mm à approvisionner pour réaliser ce batardeau", explique Lionel Perino. Les gravats seront ensuite stockés sur site en attendant de voir dans quelles mesures, ils pourront être réutilisés. 

Pour La Rincerie, pas d'incidence, puisque la base nautique est fermée à cette période.