Maine et Loire

Les Hauts d’Anjou : un élu de mars démissionne

20 mai 2020 à 12h40 Par Coralie Juret
Alain Bourrier et Giovanni Petit avaient fait liste commune en janvier dernier pour les municipales aux Hauts d'Anjou.
Crédit photo : CJ

Alors que le nouveau conseil municipal élu au premier tour en mars doit être installé lundi 25 mai, l’un des meneurs de l’opposition annonce jeter l’éponge.
MAJ 15h30

Les élus du premier tour des élections municipales de mars vont enfin prendre leurs fonctions. Selon le décret gouvernemental du 14 mai, l'installation des nouveaux conseils doit se tenir entre samedi 23 et jeudi 28 mai. Ce sera lundi soir aux Hauts-d'Anjou après la réélection de la liste de la maire sortante Maryline Lézé avec 59 % des suffrages, mais Giovanni Petit, élu dans la minorité aux côtés d'Alain Bourrier et de 7 autres colistiers n'y sera pas. 

Le conseiller sortant de Châteauneuf-sur-Sarthe se dit déçu de ne pas avoir été impliqué depuis mars. Il nous annoncé sa démission.

“Nous on n’a pas d’informations, les seules Informations qu’on a c’est Alain Bourrier qui a les informations du bureau municipal, lui siège en tant que maire délégué (de Brissarthe NDLR) mais c'est tout, c'est lui qui nous tient informé. Il nous fait une lettre d’information tous les quinze jours, mais aujourd'hui il y a des réunions qui ont lieu et on n’est pas au courant. On n’a même pas été capable de mettre en place des visioconférences, il y avait des possibilités techniques ! Je ne sais pas si l'équipe qui a gagné s’est organisée mais par exemple, nous on aurait bien voulu débattre sur la place de notre équipe. On a gagné quand même la mairie de Châteauneuf puisqu'elle a voté pour notre liste en majorité, et la mairie de Brissarthe. On aurait pu espérer avoir au moins un maire délégué qui soit représentatif de notre liste”.

Giovanni Petit regrette aussi que Les Hauts d'Anjou n'aient pas été “innovants” pendant le confinement et s'estime plus utile dans la vie associative  Sa lettre de démission partira dans la semaine.

Écouter le podcast

“Surpris” mais “pas choqué”

Pour le leader d’Un autre choix, cette démission est une surprise, mais il la “comprend”. Pour Alain Bourrier, il y a surtout un “défaut” dans la loi qui régit les communes nouvelles : elle ne prévoit pas que les listes de minorité ayant obtenu la majorité dans une commune déléguée en obtiennent le poste de maire. “Les Brissarthois ont voté mais ça ne compte pas, ils ne vont pas comprendre”, estime celui qui est encore pour quelques jours leur maire délégué et ne compte pas démissionner de son futur mandat. La maire des Hauts d’Anjou a par ailleurs “le droit” de ne pas informer les nouveaux élus tant qu’ils n’ont pas été installés, note-t-il.

Règles du jeu

Contactée, la maire des Hauts d'Anjou découvre aussi la démission de Giovanni Petit et s'en étonne : "quand on se présente dans une commune nouvelle, on se renseigne sur les règles du jeu" rappelle Maryline Lézé. Pas de mairie déléguée pour la liste de la minorité, "légal mais pas loyal" comme l'affirme son leader Alain Bourrier ? "Il récolte ce qu'il a semé", répond son ancienne colistière. Et de justifier le fonctionnement de la commune nouvelle pendant le confinement : "nous n'avons pas réuni les commissions mais uniquement le bureau municipal comme le prévoit la loi dans ces cas-là".

Ambiance, avant l'installation du nouveau conseil des Hauts d'Anjou lundi 25 mai à 19h30 salle de l'Entrepôt à Châteauneuf-sur-Sarthe. La maire a demandé un huis clos compte-tenu de la situation sanitaire.