Maine et Loire

Les Hauts d'Anjou : une union pour une alternative aux municipales

10 janvier 2020 à 16h58 Par Coralie Juret
Alain Bourrier et Giovanni Petit appellent les Castelneuviens et habitants des Hauts-d'Anjou à les rejoindre | CJ

Initialement candidats séparément à la mairie des Hauts d'Anjou, Alain Bourrier et Giovanni Petit travaillent ensemble pour monter une liste d'opposition dans la commune nouvelle, dont ils veulent revoir l'organisation.


Deux candidats, pour un choix aux Hauts-d'Anjou : Alain Bourrier, maire délégué de Brissarthe, et Giovanni Petit, conseiller d'opposition à Châteauneuf-sur-Sarthe, unissent leurs forces pour monter une liste alternative pour les élections municipales de mars. Ils critiquent tous les deux la création et la gestion de la commune nouvelle.

"Ça devait permettre de faire des choses qu'on ne pouvait pas faire tous seuls, c'est l'inverse aujourd'hui", estime Giovanni Petit, qui avait réclamé un référendum avant l'entrée de Châteauneuf sur Sarthe dans la commune nouvelle au 1e janvier 2019. "Châteauneuf n'a plus de capacité d'autofinancement. On ne mutualise pas. On est un peu inquiet sur la partie financière de cette commune" ajoute l'ancien candidat aux municipales anticipées de février 2018, en écho à son colistier qui évoque même un "risque de mise sous tutelle".

Écouter le podcast

Selon Alain Bourrier, "la masse salariale de la commune nouvelle a aussi augmenté de 50 %, soit 1 million d'euros de budget supplémentaire" et les employés municipaux de Châteauneuf, été "malmenés, trois d'entre eux (sur quatre) ont démissionné" s'indigne Giovanni Petit. Après l'assainissement des finances, ils comptent remettre "plus de proximité" avec les habitants. 

Avec son colistier de l'opposition de Châteauneuf, celui qui est actuellement dans la majorité se dit même prêt à revenir sur la commune nouvelle si elle ne fonctionne pas : "les huit conseils municipaux ont été élus sur un projet totalement différent, il n'était pas question de faire une commune nouvelle. C'était pour moi un déni de démocratie" accuse Alain Bourrier, qui rappelle son opposition au projet. "Si nous n'arrivons pas à redresser la barre, nous ne fermons pas la porte à une sorte de réflexion sur la commune nouvelle elle-même", assure le maire délégué de Brissarthe. "Pour la scinder en deux pôles par exemple", suggère Giovanni Petit.

Écouter le podcast 

Le point serait fait à mi-mandat avec les habitants. Une réunion publique est prévue jeudi 16 janvier à 20 h à la salle communale de Cherré. La liste compte pour l'instant une vingtaine de noms sur les 42 requis.

Contact bourrier49@gmail.com et page Facebook Une alternative pour Les Hauts d'Anjou.