Mayenne

Mayenne : pas encore de seconde vague ni de reconfinement 

16 juillet 2020 à 19h36 Par Coralie Juret
Le préfet Jean-Francis Tréffet et le directeur de l'ARS des Pays de la Loire Jean-Jacques Coiplet font "confiance aux Mayennais" pour continuer à respecter les mesures sanitaires / CJ

Mais la situation reste préoccupante dans le département placé en “vulnérabilité élevée” par Santé Publique France. Les capacités de tests ont été multipliées par quatre et le port du masque est désormais obligatoire dans les établissements recevant du public de neuf communes.

7000 à 8000 bons de dépistages envoyés chaque jour aux Mayennais… L'Assurance Maladie et l'Agence régionale de santé accentuent le dépistage de la Covid alors que la Mayenne est désormais en “vulnérabilité élevée”, après le dépassement du seuil d'alerte. Elle compte 50,1 cas pour 100.000 habitants, 382 cas confirmés au total ce mercredi, dont 7 clusters.

Plan blanc dans les hôpitaux mayennais

Pour autant, le directeur de l'ARS des Pays de la Loire ne parle pas encore de seconde vague dans le département. “Pour l'instant, on ne ressent pas de tension sur l'offre de soins, parce que ça c'est aussi un indicateur. Je vous ai indiqué qu'il y avait 9 personnes hospitalisées au centre hospitalier de Laval dont 2 en réanimation, ça reste des chiffres rapportés à la totalité des hospitalisations encore très faibles”, détaille Jean-Jacques Coiplet.

“Donc notre système de santé en Mayenne n'est pas saturé, par contre cela veut dire qu'il faut que nous continuions à rester extrêmement vigilants. J'ai demandé à l'ensemble des établissements de santé de la Mayenne de rester sous la forme du plan blanc afin que l'ensemble des acteurs de santé soient prêts, et ils le sont”.

Écouter le podcast

Port du masque obligatoire dans neuf communes

Un reconfinement n'est pas à l'ordre du jour, a par ailleurs précisé le préfet de la Mayenne. Les autorités insistent sur le respect de la distanciation, des gestes barrières et le port du masque, désormais obligatoire pour les plus de 10 ans dans six communes lavalloises (Bonchamp, Changé, L'Huisserie, Laval, Louverné, Saint-Berthevin), et à Cossé le Vivien, Renazé et Château-Gontier-sur-Mayenne, où les maires ont pris des arrêtés concernant les établissements recevant du public ou leurs services municipaux.

2 nouveaux drive piétons pour dépister les cas Covid 

Ils seront mis en place dès le début de la semaine prochaine en Mayenne, annonce l'Agence régionale de santé, pour amplifier le nombre de tests réalisés alors qu'une soixantaine de cas positifs de Covid ne sont plus rattachés à un cluster sur Laval et L'Huisserie. 3700 personnes ont déjà été testées cette semaine dont 5,65 %, positivement. Les sites de prélèvements existants lavallois sont désormais ouverts 7j/7.

Château-Gontier sur Mayenne aura bientôt son drive sans rendez-vous

“L’objectif c'est effectivement à très court terme en fonction des ressources disponibles, de renforcer le dispositif de prélèvement existant dans le sud de département, donc autour de Château-Gontier avec une mobilisation très forte qui est en train de se faire autour de l'hôpital, autour des infirmiers libéraux, autour du laboratoire et des élus qui sont aussi partie prenante pour construire sur dispositif".

"On espère d'ici la fin de cette semaine pouvoir donc renforcer ce site, et dans un second temps mettre en place un lieu de prélèvement comme c'est fait aujourd'hui à L'Huisserie et Laval sans prescription, de façon à à offrir une possibilité supplémentaire à la population du sud du département donc Château-Gontier mais aussi les communes périphériques à Château-Gontier”, révèle Valérie Jouet, directrice territoriale de l'ARS en Mayenne. 

Écouter le podcast

Un troisième site de prélèvement au nord de Laval

Un autre drive piéton devrait aussi ouvrir au nord de Laval. Les habitants d'Entrammes, Meslay, Grez-en-Bouère et Château-Gontier seront les prochains à recevoir un bon de dépistage par l'assurance maladie. La Polyclinique Maine porte aussi un projet de consultations non programmées, selon le directeur de l'ARS des Pays de la Loire.