Nucléaire : la résistance continue dans le Segréen

Actualités Maine et Loire 

La CADSA qui s'était battue contre un projet d'enfouissement au Bourg d'Iré et Sortir du Nucléaire organisent une conférence gesticulée sur les dangers du projet Cigéo à Bure (Meuse).

OXYGENE RADIO
Des membres de la CADSA, qui avait lutté contre un projet d'enfouissement de déchets radioactifs au
Crédit: CJ

4 février 2019 à 14h41 - Modifié : 4 février 2019 à 14h54 par Coralie Juret

Une conférence pour résister au nucléaire à Segré mercredi : la Vendéenne Marie Béduneau vient partager deux ans de vie à la Maison de la Résistance de Bure dans la Meuse. L'ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) prévoit d'y stocker à 500 m sous terre des déchets hautement radioactifs. L'artiste abordera ce sujet grave de façon légère dans "Auto-stop Bure", explique Pierre Baliteau de la CADSA, organisatrice aux côtés de Sortir du nucléaire 49.


Marie Baliteau "ne se reconnaît pas comme une experte ou une scientifique mais comme queul'un qui s'est renseigné. Elle met ça en scène sous une forme humoristique, documentée, mais légère". La conférence sera suivie d'un débat avec les participants, à la Bourse du travail de Segré.


Et sur ce territoire, le sujet de l'enfouissement de déchets nucléaires qui fait forcément écho, trente ans après l'abandon d'un projet de stockage au Bourg d'Iré. Pour les militants, ça ne doit être "ni ici ni alleurs" : "on se sent un devoir de solidarité" avoue Pierre Baliteau face à cette option de traitement des déchets radioactifs, l'enfouissement, qui est "la plus mauvaise" selon eux.


Conférence gesticulée "Auto-stop Bure", de Marie Béduneau, mercredi 6 février à 20h30 à la Bourse du travail de Segré. Entrée à prix libre