Maine et Loire

Segré. Les commerçants se préparent à un redémarrage difficile

28 avril 2020 à 11h00 Par Alexis Vellayoudom
Le marché de Noël est l'un des événements phares des commerçants de Segré
Crédit photo : Alexis Vellayoudom

Ouverture le12 mai, conditions d'accueil du public, santé financière, avenir, la présidente d'AssAnBle et une commerçante s'expriment.

Le déconfinement partiel est prévu pour le 11 mai, alors que le Premier ministre, Edouard Phillippe, doit annoncer les conditions aujourd'hui, des commerçants de Segré-en-Anjou-Bleu se préparent à réouvrir, mais avec des incertitudes. "Je suis inquiète, je vais ouvrir, mais je ne sais pas dans quelles conditions et je ne sais pas si je pourrai garantir la pérennité des emplois de mes salariés", explique Cécile Prieur, gérante de deux instituts de soin dont l'Instant de Soie à Segré.

Écouter le podcast

Au 12 mai, elle s'attend à une euphorie de ses clients, mais selon elle, "on est clairement mis de côté que ce soit par les maires, les députés et les préfets, on a rien". Suite à la fermeture administrative, ses 4 salariés sont au chômage partiel et elle accuse une perte de 40 000 euros de chiffre d'affaire. Selon elle, les aides sont insuffisantes, "on nous a donné un report de charges, mais ça ne veut pas dire suspension. C'est-à-dire qu'à un moment donné, ces charges vont être dues. Au moment de la reprise, tout le monde va être dans le même cas et aura besoin d'argent et là la vraie catastrophe va commencer. Avec le Prêt Garantie par l'Etat, on a dû emprunter de l'argent pour payer le salaire de nos salariés, c'est une honte et c'est à vomir !", s'indigne Cécile Prieur. 

Écouter le podcast

Selon la gérante, le fonds de solidarité est insuffisant par rapport à ce que propose l'Allemagne. Le gouvernement allemand a mis en place une aide comprise entre 9 000 et 15 000 euros pour les entreprises de moins de dix salariés et les indépendants. Elle est versée pour trois mois à condition de prouver que le problème de trésorerie est lié à la crise du coronavirus.

AssAnBle appelle à la solidarité

Cécile Prieur attend aussi des aides sur la prise en charge des produits d'entretien. Une aide que pourront peut-être lui apporter les sociétés segréennes SP Médiconseil et Mani Hygiène qui approvisionnent en équipement les artisans et commerçants d'AssAnBle. Sa présidente, Maude Poilièvre, revient sur l'état d'esprit des membres, "ils ont peur du futur, peur de la réouverture dans le sens où il y a plein de chose à mettre en place. Il y en a qui sont venus nous voir pour les aider financièrement, ils se sont retrouvés dans des situations compliquées".

Écouter le podcast

En attendant, la présidente veut rester positive, l'association met en place un fonds de solidarité pour les commerçants de Segré-en-Anjou-Bleu, "l'idée c'est de vendre des pin's aux habitants, ça sera 5 euros, ils sont confectionnés par nous-mêmes et commandés gratuitement chez DAPO. La somme récoltée sera pour soutenir tous les artisans et commerçants".

En parallèle, Maude Poilièvre, appelle les habitants à faire travailler les commerces locaux, "il faut absolument que les habitants fassent travailler leurs commerçants, c'est comme ça qu'on pourra s'en sortir. Faîtes vivre vos commerçants. En terme de restauration, il y a beaucoup de drive qui se mettent en place, allez vers eux".

L'association se tient à disposition de tous les commerçants et artisans pour avoir des informations.