Maine et Loire

Segré. Transdev STAO forme ses conducteurs aux bons gestes

02 juillet 2020 à 09h30 Par Alexis Vellayoudom
Crédit photo : Alexis Vellayoudom

Après l'incident du car brûlé fin mai, les conducteurs de Transdev STAO ont demandé un rappel des bons gestes à avoir grâce à des formations.

Comment un chauffeur doit se comporter lorsque son car prend feu avec des enfants à bord ? C’était l’objet de l’une des formations du dépôt Transdev STAO de Segré la semaine dernière. La formation intervenait 1 mois après que l’un de leur car ait pris feu zone de l’Ebaupinière à Segré. Seul le chauffeur était à bord.

Reportage

Cela a marqué la cinquantaine de conducteurs qu'emploi le dépôt de Segré. C'est d'ailleurs à la demande des chauffeurs que cette formation a eu lieu, "c'est l'occasion de rappeler comment réagir en cas d'accident, quel est le process pour bien réagir et surtout s'il y a un incendie dans le car, quelle est la bonne méthode pour évacuer, quand il y a des élèves dans le car", explique Valérie Buard, responsable d'exploitation à la STAO 49 et intervenante.  

 Les conducteurs ont alterné la théorie et la pratique, "c'était indispensable, on transporte les enfants des autres donc la sécurité, c'est primordiale. On se pose tous des questions, si ça nous arrivait à nous donc c'était indispensable de faire une formation complémentaire", témoigne Chantal Robert, conductrice depuis 2 ans. Les parents peuvent être rassurés, car ce genre de formations est également dispensé aux enfants.

Transdev STAO s'adapte au Covid-19

Chaque jour, les conducteurs de Segré transportent les scolaires, environ 1 500 sur le secteur. Un protocole évolutif, au gré des décrets, est mis en place, "on a mis en place de l'affichage invitant les voyageurs à respecter la distanciation sociale, les gestes barrières. Il y a des banderoles qu'on a mis un siège sur deux pour disposer les personnes dans les véhicules. La montée se fait par la porte médiane", explique Bryan Barsinas, chargé de la communication et du marketing sur la région.

Bryan Barsinas - Protocole sanitaire

Des conditions qui peuvent poser problème sur le plan financier, "une place sur deux, vous réduisez la capacité d'accueil de 50 %, on ne peut pas faire monter tout le monde. C'est vrai qu'il y a déjà des voyageurs qui sont parvenus vers le transport en commun, ça peut générer des craintes, il y a eu un climat anxiogène autour de cette crise", ajoute Bryan Barsinas.

20200624_105220.jpg (3.15 MB)