Segréen. La sous-préfète Marie Mauffret-Vallade quitte ses fonctions

Actualités Maine et Loire 

À sa demande, Marie Mauffre-Vallade quitte ses fonctions de sous-préfète de l'arrondissement de Segré-en-Anjou-Bleu. Retour sur son expérience.

OXYGENE RADIO
Marie Mauffret-Vallade va prendre la tête du bureau des officiers de police à Paris
Crédit: Alexis Vellayoudom

15 janvier 2021 à 15h25 - Modifié : 15 janvier 2021 à 16h16 par Alexis Vellayoudom

Elle aura vécu une période inédite pour sa première expérience en tant que sous-préfète. Après 2 ans de fonction, Marie Mauffret-Vallade s'en va, à sa demande, "cela correspond au rythme classique de deux ans, parfois trois, de mission des sous-préfets". Un choix personnel aussi pour se rapprocher de ses trois enfants, "pour retrouver une vie familiale normale car avec la crise sanitaire, cela devenait compliqué alors que la première année s’était bien passée".

Marie Mauffret-Vallade et ses souvenirs

Sa fonction s'arrêtera ce week-end. Marie Mauffret-Vallade quitte le segréen après une année inédite et cette crise sanitaire, "je retiens la richesse dans les échanges avec l’ensemble des partenaires, la richesse de la découverte des fonctions puisque c’était une expérience nouvelle pour moi. J’aurai une frustration de ne pas avoir pu aller sur le terrain comme je l’aurais souhaité". La sous-préfète retiendra aussi ses dossiers, sur l'environnement avec la méthanisation, l'emploi, les violences intra-familiales, "nombreuses sur le territoire", l'impact de la carte communale, ou encore l'organisation de la sécurité pour le Mondial du Lion. 

Une admiration pour l'engagement des élus

Parmi les autres événements qui ont rythmé ses deux ans, les élections municipales, avec une admiration pour l'engagement des élus, "je n'avais exercé qu'en administration centrale. Je pense que ça a modifié l'idée que j'avais de l'articulation et de l'engagement des élus avec les services de l'Etat et comment tous ces acteurs pouvaient travailler ensemble". 

Marie Mauffret-Vallade sur la situation d'Erdre-en-Anjou

Des élections marquées par cette situation inédite à Erdre-en-Anjou, où les habitants n'ont toujours pas de maire, "c'est une situation qui suspend la vie d'une commune. Tous les projets structurants sont suspendus. La population ne sait plus à qui s'adresser. Une délégation spéciale sur une telle durée, c'est inédit. Il y a aussi un impact sur le Conseil communautaire alors que des sujets comme le PLUI vont se poser. Comment adopter un budget en ce début d'année ?", confie Marie Mauffret-Vallade. 

Une expérience enrichissante sur le plan personnel 

La sous-préfète aura été marquée par le féminicide de Saint-Michel-et-Chanveaux ou encore l'accident de la route à La Ferrière-de-Flée, "j'ai un profond respect pour le professionnalisme des gendarmes et des pompiers".

La sous-préfète avoue même avoir été surprise par des vies parfois difficiles, "j'ai découvert de la misère humaine que je n'imaginais pas et donc ça m'amène à me poser beaucoup de questions à titre personnel. Dans ma vie personnelle, ça peut faire bouger des choses". Parmi les autres sujets qui l'ont marqué, les difficultés d'accès à des formations pour les jeunes, d'accès à la culture, mais aussi au numérique pour les plus anciens. 

Marie Mauffret-Vallade quitte un territoire, "économiquement attractif, avec un taux de chômage bas, mais on ne le sait pas assez [...] c'est un territoire dont on n’imagine pas les richesses tout de suite en arrivant. Il ne sait pas forcément les mettre en valeur".

La sous-préfète saluera une dernière fois son équipe ce week-end avant de prendre la tête du bureau des officiers de police à la direction générale de la Police nationale à Paris. On ne connaît pas encore son sucesseur, en attendant, c'est le sous-préfet de Saumur qui assure l'intérim