Noyant-la-Gravoyère. Le groupe scolaire René-Brossard prévu pour la Toussaint

Maine et Loire 

29 mars 2022 à 9h34 - Modifié : 29 mars 2022 à 10h14 par Alexis Vellayoudom

Le groupe scolaire rassemble l'école maternelle sur le même site que l'école élémentaire. Le nouveau bâtiment permet de faire des économies d'énergie. Une centaine d'enfants y feront leur rentrée en janvier 2023.

Cette accueillera un service administratif
Cette accueillera un service administratif
Crédit: Alexis Vellayoudom

C'est un projet ambitieux qui sortira de terre à la Toussaint sur Noyant-la-Gravoyère. Le chantier du groupe scolaire René-Brossard qui regroupe l'école maternelle sur le même site que l'école élémentaire s'achèvera dans quelques mois. Le bâtiment très vétuste et énergivore a été totalement rénové pour accueillir une centaine d'enfants dès janvier 2023. 

 

A doite, la maternelle, à gauche, l'élémentaire

 

"C'est un projet qui était dans les cartons bien avant la commune nouvelle", indique Claude Annonier. "L'école maternelle était un gouffre énergétique, mais la rénovation était chiffrée à 100 000 euros", poursuite l'élu de Segré-en-Anjou-Bleu, en charge des bâtiments. La mairie a donc fait le choix de rassembler les deux structures éducatives sur un même site de 1 551 m² et 1 782 m² d'xextérieur, celui de l'école élémentaire, "pour permettre aux enfants de se retrouver et aux équipes enseignantes de pouvoir travailler ensemble et avoir des projets plus ambitieux", explique Sandrine Moullière, adjointe aux affaires scolaires. 

Les artisans ont coulé la dalle de béton et commencé la pose de la charpente bois avec les fermettes, "on veut conserver la structure de base", précise Daniel Brossier, maire délégué de Noyant-la-Gravoyère. "Côté droit, ça sera la maternelle avec toute la partie administrative. Et côté gauche, une bibliothèque communale qui aura une entrée indépendante, mais qui sera aussi mutualisée avec l'école donc les enfants pourront l'utiliser à tout moment. Ça sera aussi pour le centre de loisirs, un lieu d'activités. Et après, sur cette aile gauche, il y aura aussi la partie élémentaire. Il va y avoir une liaison qui va relier les deux ailes donc là ça sera le périscolaire et une salle de motricité commune à toute l'école", décrit Christelle Désormeaux, responsable du service bâtiment et ingénierie à Segré-en-Anjou-Bleu.

 

Des économies d'énergie à tous les niveaux

 

La rénovation est totale car le bâtiment était, il y a encore quelques mois, le 7ème plus gros consommateur d'énergie de Segré-en-Anjou-Bleu, "on a décidé de mettre une isolation par l'extérieur, mais aussi dans les combles de plus de 30 centimètres. Il y a une chaufferie existante qui desservait l'école, on l'a améliorée. Cette chaufferie bois dessert aussi la salle des fêtes et la salle Parageots. Donc on a un mini réseau de chaleur privé. On est à peu près à - 49 % de consommation par rapport à avant", explique Christelle Désormeaux. La consommation énergétique du bâtiment existant est passé de la classe C à la classe A. La municipalité envisage 4 721 euros par an d'économies.

Des panneaux photovoltaïques sont aussi installés plein sud, "il y aura deux centrales, une de 15 kWh qui sera en auto-consommation et une autre de 36 kWh qui sera en revente totale", ajoute la responsable du service bâtiment. Avec ces deux parcs, l'électricité produite pourra alimenter 70 % des installations. 

De l'énergie économisée aussi du côté humain, avec le pôle restauration sur place, "on fait une cuisine collective qui va produire 300 repas et qui va permettre de servir les repas aux enfants qui sont sur site, mais également aux enfants des écoles de Châtelais et de Nyoiseau", souligne Sandrine Moullière. À l'intérieur, 130 places assises, avec au menu des produits locaux, "on va maîtriser les repas et le coût", confie l'élue. Le restaurant tournera à l'année avec l'été le centre des loisirs. 

Le coût du projet est à 4,4 millions d'euros dont 1,239 millions d'euros de subvention. À terme, le bâtiment qui abritait l'école maternelle sera détruit et le terrain mis en vente.

A quoi ressemblera le groupe scolaire René-Brossard ?
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

Les artisans ont coulé la dalle de béton et commencé la pose de la charpente bois avec les fermettes, "on veut conserver la structure de base", précise Daniel Brossier, maire délégué de Noyant-la-Gravoyère. "Côté droit, ça sera la maternelle avec toute la partie administrative. Et côté gauche, une bibliothèque communale qui aura une entrée indépendante, mais qui sera aussi mutualisée avec l'école donc les enfants pourront l'utiliser à tout moment. Ça sera aussi pour le centre de loisirs, un lieu d'activités. Et après, sur cette aile gauche, il y aura aussi la partie élémentaire. Il va y avoir une liaison qui va relier les deux ailes donc là ça sera le périscolaire et une salle de motricité commune à toute l'école", décrit Christelle Désormeaux, responsable du service bâtiment et ingénierie à Segré-en-Anjou-Bleu.

 

Des économies d'énergie à tous les niveaux

 

La rénovation est totale car le bâtiment était, il y a encore quelques mois, le 7ème plus gros consommateur d'énergie de Segré-en-Anjou-Bleu, "on a décidé de mettre une isolation par l'extérieur, mais aussi dans les combles de plus de 30 centimètres. Il y a une chaufferie existante qui desservait l'école, on l'a améliorée. Cette chaufferie bois dessert aussi la salle des fêtes et la salle Parageots. Donc on a un mini réseau de chaleur privé. On est à peu près à - 49 % de consommation par rapport à avant", explique Christelle Désormeaux.

 

Le nouveau groupe scolaire permettra de faire des économies d'énergies
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

Des panneaux photovoltaïques sont aussi installés plein sud, "il y aura deux centrales, une de 15 kWc qui sera en auto-consommation et une autre de 36 kWc qui sera en revente totale", ajoute la responsable du service bâtiment. Avec ces deux parcs, l'électricité produite pourra alimenter 70 % des installations. 

 

Economie d'énergie aussi sur la restauration
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

De l'énergie économisée aussi du côté humain, avec le pôle restauration sur place, "on fait une cuisine collective qui va produire 300 repas et qui va permettre de servir les repas aux enfants qui sont sur site, mais également aux enfants des écoles de Châtelais et de Nyoiseau", souligne Sandrine Moullière. À l'intérieur, 130 places assises, avec au menu des produits locaux, "on va maîtriser les repas et le coût", confie l'élue. Le restaurant tournera à l'année avec l'été le centre des loisirs. 

À terme, le bâtiment qui abritait l'école maternelle sera détruit et le terrain mis en vente.