Route du Rhum : le Segréen Fabrice Amedeo en course pour la biodiversité des océans

Maine et LoireSports

Le natif de Sainte-Gemmes-d’Andigné (49) prend le départ de sa quatrième Route du Rhum dimanche à Saint Malo. Pour décrocher une qualification à un troisième Vendée Globe, et continuer à mesurer les effets du réchauffement climatique sur les océans. Entretien à 48h du départ.

4 novembre 2022 à 22h47 - Modifié : 7 novembre 2022 à 15h08 par Coralie Juret

Nexans-Art et fenetres Fabrice Amedeo bateau mer_2 11 22_Pierre Bouras
Nexans-Art et Fenêtres piloté par Fabrice Amedeo, pour sa quatrième Route du Rhum.
Crédit : Pierre Bouras / Nexans-Art &Fenêtres

Un quatrième Rhum, pour décrocher un troisième Vendée Globe. Le Segréen Fabrice Amedeo est au départ de la Route du Rhum dimanche à Saint Malo. Il doit terminer la mythique transatlantique qui s'annonce sportive dès les premiers milles pour se qualifier au Vendée 2024 sur Nexans-Art & Fenêtres, tout en récoltant de nouvelles données océanographiques sur le réchauffement climatique. Il nous livre son sentiment à deux jours de la course.

 

Fabrice, dans quel état d’esprit es-tu à quelques jours du départ de cette route du Rhum ?

Fabrice Amedeo : Je suis dans un très bon état d’esprit, le bateau est prêt, l’équipe a bien travaillé, j’ai beaucoup de sérénité. Après il y a un petit peu de pression qui commence à monter à l‘approche du départ, surtout que les conditions de mer et de vent vont être très difficiles. Un peu de tension c’est normal : c’est ma quatrième Route du Rhum, je suis habitué, j’ai pas mal d’expérience… mais ça reste la Route du Rhum, ça reste un grand évènement, ça reste un sacré morceau au niveau navigation notamment la sortie de Manche et le golfe de Gascogne. Il va falloir affronter tout ça.

 

Quel est l’objectif de cette Route du Rhum avec ce bateau, le même qu’il y a deux ans sur le Vendée Globe amélioré avec des foils en C (ceux d’Hugo Boss, le bateau d’Alex Thomson NDLR) ?

L’objectif vu les conditions de vent, ça va être de terminer dans un premier temps, de passer le coup de vent parce qu’on va avoir des rafales à plus de 55 nœuds au passage d’un front, donc plus de 100 km/h. Et une fois que ce grand front sera passé, l’objectif sera de faire la meilleure course possible, j’ai un bateau qui est quand même maintenant assez rapide au portant, un bateau très typé vent portant avec des nouveaux foils. Voilà, après il y a beaucoup de bateaux plus récents que le mien, on est 37 IMOCA, 37 bateaux du Vendée Globe sur la ligne de départ, l’objectif c’est de faire dans la première moitié et après on verra, parce que vu le scénario de la course, il va se passer plein de choses.

 

Lire aussi : Route du Rhum. Première course pour le Dragons des Océans mayennais de Maxime Sorel

 

Ça permettra aussi de faire les derniers réglages sur ton bateau avant le Vendée avec l’expérience de cette course-là ?

Exactement. Cette course est très très importante, c’est un évènement en soi mais c’est une course qui est aussi sur le chemin du Vendée Globe auquel je me prépare et du coup ça va permettre de continuer à progresser, de continuer à apprendre. D’ailleurs j’ai prévu de ramener mon bateau en faux solitaire, ça veut dire avec quelqu’un qui m’accompagne pour me coacher et pour ma sécurité, mais dans une configuration solitaire pour faire vraiment deux transats et continuer à apprendre à naviguer sur mon bateau, à l’aller en course et au retour en convoyage sportif et engagé.

 

Un mot sur ton projet océanographique, il y a de nouveaux capteurs à bord de Nexans-Art & Fenêtres ?

Oui en effet, j’ai un nouveau capteur à bord. J’ai embarqué en 2019 un capteur de CO2/salinité/température, je collabore avec plusieurs scientifiques, ça leur permet d’avoir de la data et de mieux connaitre les conséquences du réchauffement climatique sur l’océan. En 2020 on a rajouté un capteur microplastiques qui mesure la pollution plastique des océans, et ces capteurs je les ai sur toutes mes courses, ils marchent 24h/24 depuis que je les ai installés sur mon bateau. La grande nouveauté de la Route du Rhum c’est qu’on a installé un capteur d’ADN environnemental, qui mesure la présence d’organismes vivants dans les zones océaniques que je traverse et qui permet de mesurer la biodiversité.

 

Merci Fabrice, on va suivre cette Route du Rhum sur Oxygène avec Jacques (Amedeo, son papa NDLR).

Bonjour à tout le Segréen et à très bientôt !

 

Fabrice Amedeo passera les écluses aux alentours de 16h demain à Saint Malo, avant le départ au large de la Pointe du Grouin à 13h02 ce dimanche 6 novembre, direction Pointe à Pitre.

Màj : Le départ de la Route du Rhum initialement prévu dimanche 6 novembre à 13h02 a été repoussé à mercredi 9 novembre à 14h15 en raison des conditions météo particulièrement difficiles ce week-end.

Interview - Jacques Amedeo décrypte la Route du Rhum avant le départ
Le Sujet de la rédac
Crédit : Coralie Juret