Segré. Du fumier et des pneus devant Leclerc et Lidl 

Maine et Loire 

21 février 2022 à 13h04 - Modifié : 21 février 2022 à 16h46 par Coralie Juret

Les deux enseignes de la grande distribution ont été la cible d'une action isolée la nuit dernière, alors que les négociations commerciales s'achèvent dans dix jours.

Fumier pneus Leclerc Segré agriculteurs_21 02 22_CJ
Du fumier et des pneus ont été déposés avant l'ouverture des Leclerc et Lidl de Segré ce 21 février.
Crédit: CJ

Des tas de fumier et de pneus non loin des entrées des magasins Leclerc et Lidl. Mauvaise surprise pour les responsables des deux magasins de Segré ce matin à l'heure de l'ouverture.

Les deux enseignes ont probablement été ciblées la nuit dernière par des agriculteurs en colère, alors que les négociations commerciales annuelles s'achèvent le 1e mars prochain entre producteurs, transformateurs et distributeurs. Une action isolée, selon un responsable du syndicat FDSEA du Maine et Loire. Sans doute liée à la communication provocante et aux promotions récentes des deux enseignes complète son collègue des Jeunes Agriculteurs. Selon eux, il n'est "pas sorti grand chose" d'une réunion consécutive à leur action "pigeons" la semaine dernière en préfecture d'Angers.

Fumier pneus Lidl Segré agriculteurs_21 02 22_CJ
Le magasin Lidl de Segré a aussi été visé ce 21 février.
Crédit: CJ

 

Une réunion en préfecture la semaine dernière

 

Les parkings des deux magasins restent toutefois accessibles. Super U Segré a lui été épargné "pour le moment" confirme son responsable. "On fait le maximum pour répondre aux demandes des agriculteurs mais ce n'est jamais assez. Le contexte est très tendu" explique Didier Garandeau. Chez Lidl, la responsable se dit "pas informée" des négociations qui se tiennent au siège.

De son côté, Leclerc Segré s'avoue "assez déçu par rapport à ce comportement d'autant que nous avons fait plusieurs démarches auprès des alliances locales". L'enseigne participait aussi à cette réunion de la semaine dernière en préfecture d'Angers avec des représentants de la FDSEA et des JA, le préfet Pierre Ory et la sous-préfète de Segré. "On ne comprend pas cet acharnement" réagit le responsable Pierre-Henri Bouchard par la voix de son responsable Hervé Bidet, "on continuera de dialoguer avec le monde agricole mais ça nous démotive un peu". Une plainte devait être déposée cet après-midi. Les gérants du magasin promettent d'annoncer la facture.