Segré. Une résidence seniors dans l'air du temps

Maine et Loire 

En juillet 2021, les premiers résidents découvriront cette nouvelle résidence consacrée aux seniors. Des logements où tout est pensé pour favoriser le maintien au domicile des personnes âgées.

Résidents Jean d'Ormesson_23 04 21_AVC
Ces deux couples sont séduits par le concept de la résidence seniors
Crédit: Alexis Vellayoudom

29 avril 2021 à 11h27 - Modifié : 1er mai 2021 à 7h39 par Alexis Vellayoudom

"On ne va pas dans un EHPAD" clament les futurs résidents de la résidence seniors Jean d'Ormesson, située dans le quartier de la gare, à Segré-en-Anjou-Bleu. La résidence est gérée par Maine-et-Loire Habitat se veut être le compromis pour les personnes âgées entre la maison et l'EHPAD. Elle accueillera 30 logements dont 24 types III et 6 types II avec des loyers variés, comptez entre 380 euros et 645 euros, charges comprises. Parmi les logements présentés, des prêts locatifs à usage PLUS, des prêts locatifs aidés d'intégration et des prêts locatifs sociaux.


Reportage à la résidence Jean d'Ormesson
Crédit: Alexis Vellayoudom

Une résidence conçue pour les seniors


Le bâtiment au style moderne a pour objectif de favoriser le maintien au domicile des personnes âgées. À l'intérieur, des logements domotisés, c'est-à-dire équipés avec des objets connectés, "pour favoriser le déplacement, la gestion du chauffage, des éclairages, de la fermeture du logement. Et on peut même aller jusqu'à mettre en place un dispositif de détection des chutes", explique Laurent Collobert, directeur général de Maine-et-Loire Habitat. Des demandes d'ajout de services qui pourront être transmises à la "présence bienveillante", une agent de l'Aide à Domicile en Milieu Rural qui passera du lundi au vendredi de 8h30 à 12h, "elle est là pour faciliter la vie des résidents", précise Jean-Claude Granier, élu à Segré-en-Anjou-Bleu, en charge des affaires sociales et du logement.


D'ailleurs à leur entrée, les résidents signent deux contrats, un de location et un autre pour les prestations de services assurées par l'ADMR qui varie entre 50 euros et 70 euros selon le logement. Ils pourront aussi bénéficier d'un espace commun "pour faire vivre la résidence". Une prestation qui ne coûtera pas un sous aux résidents puisqu'elle est assujettie à un crédit d'impôt sur présentation d'une attestation fiscale.


Un conseil des résidents sera d'ailleurs mis en place, "s'ils veulent accueillir des membres de leurs familles pour fêter des fêtes de famille. Ca peut être la Coupe du Monde, regardez ensemble un match sur grand écran. Ca peut être d'organiser des concours de cartes", souligne le maire délégué de la Chapelle-sur-Oudon.


"On reste libre"


Deux couples ont témoigné. Monique et Pierre Bossé, 86 et 83 ans ont été séduits par le concept : "on commence à un peu vieillir et le jardin, Pierre, il en a un peu ras-le-bol. Certaines personnes pensent qu'on s'en va dans une maison de retraite, mais c'est pour éviter ça".

Un sentiment partagé par Victor et Marie-Annick Robieux, 81 et 71 ans. La maison qu'ils louaient est à vendre et ils ne veulent pas être seuls : "la proximité des services médicaux. On est chez nous, on reste libre".

Les résidences seniors vont se développer selon l'élu segréen, Jean-Claude Granier
Crédit: Alexis Vellayoudom

La résidence est ouverte aux personnes de plus de 60 ans. Une solution de maintien au domicile alternative pour les seniors qui se développe "il s'avère que les domiciles en milieu rural sont parfois incompatibles avec leur âge. Beaucoup de gens habitent de grandes maisons avec des grands jardins, mais passé un certains âge, ils cherchent à se rapprocher des services médicaux, commerciaux et veulent se débarrasser des contraintes, entretien de la maison et des jardins", explique Jean-Claude Granier.

Quelques logements sont encore disponibles. Maine-et-Loire Habitat organise une porte ouverte avec un appartement témoin les 3 et 4 juin de 9h à 17h.