Stade lavallois : à 9 contre 11, Laval réalise un immense exploit contre Valenciennes

MayenneSports

Le Stade lavallois a réussi l'incroyable exploit de s'imposer à neuf contre onze face à Valenciennes (1-0). Les Tango sont 10e de Ligue 2.

12 novembre 2022 à 22h33 par Cyprien Legeay

La joie d'Anthony Gonçalves après une victoire éclatante.
La joie d'Anthony Gonçalves après une victoire éclatante.
Crédit : Nicolas Geslin/Oxygène Radio

C'est une prestation dont on parlera encore dans quelques années et qui devrait désormais hanter les nuits hommes venus du Nord. Valenciennes, cinquième au classement avant le coup d'envoi, s'est pris les pieds dans le tapis. A neuf contre onze. A neuf contre onze pendant une heure, les Nordistes n'ont quasiment pas inquiété Maxime Hautbois.

Avant ce succès retentissant, Laval a livré une rencontre "incroyable" comme l'ont décrit tour à tour Julien Maggiotti et Jimmy Roye. Tout aurait pu s'écrouler dès la 17e minute quand Bryan Goncalves voyait logiquement rouge pour un tacle trop appuyé, sur la cheville de Jason Berthomier. Mais Laval a tenu. En revanche, on s'est dit que tout était terminé quand Yohan Tavares était prié de rentrer aux vestiaires par M. Lepaysant, l'arbitre de la rencontre (34'). "Pour une insulte envers l'arbitre", a indiqué Olivier Frapolli, pas forcément convaincu par les explications de l'homme en noir.

A neuf contre onze, avec pratiquement une heure à jouer, la partie aurait pu être longue et triste mais Marvin Baudry en a décidé autrement. Tout juste entré en jeu pour suppléer Yohan Tavares dans l'axe de la défense, l'ancien de Reims envoyait une reprise de volée du gauche en pleine lucarne (1-0, 41'). Un avantage chèrement acquis que les Lavallois allaient s'employer à garder en deuxième période.



Une équipe à toute épreuve

 

Après une mi-temps longue de 30 minutes suite à une réunion de crise entre arbitres suite à un jet de projectile sur la pelouse, Laval faisait le choix d'un 4-3-1 . "Le fait de laisser un attaquant seul en pointe permet de mobiliser deux défenseurs et de prendre la profondeur, de créer des choses", expliquait Olivier Frapolli après la rencontre. Les Tango ont alors appliqué les plans de leur entraîneur à la lettre. Une défense de fer, un état d'esprit à tout épreuve et une incapacité à créer le danger côté valenciennes ont fait la différence.

Soutenu par un public de feu, Laval réussissait l'exploit de prendre la victoire. Trois points qui font vingt au total pour le Stade lavallois qui va passer l'hiver au chaud. "Le scénario galvanise les Lavallois mais ils ont plus couru que nous, ils ont largement mérité ce qui leur arrive ce soir, n'avait pas peur d'avouer Nicolas Rabuel, le coach de Valenciennes. On aurait dû perdre 2-0, ils ont eu plus d'occasions que nous."