VIDEO. Stade lavallois : au bout d’une soirée folle, Laval accroche Metz

MayenneSports

20 août 2022 à 22h10 - Modifié : 22 août 2022 à 15h36 par Cyprien Legeay

Menés à la mi-temps, les Tango sont revenus en toute fin de rencontre face au FC Metz (3-3). Un véritable match de fou !

Zakaria Naidji, auteur d’un doublé, a provoqué l’expulsion du gardien messin.
Zakaria Naidji, auteur d’un doublé, a provoqué l’expulsion du gardien messin.
Crédit: Simon Courteille

C’est le genre de rencontres dont se rappelleront longtemps les joueurs, les spectateurs et tous les suiveurs attentifs du Stade lavallois. Les Tango sont revenus du diable Vauvert face à une formation de Metz dominatrice en première période.

Sans être vraiment sous l’eau, les Lavallois ont tangué en début de partie avant de vraiment couler. En quelques minutes, Ibrahima Niane puis William Mikelbrencis noyaient Laval. D’abord, l’avant-centre profitait d’une boulette de Jordan Adeoti au milieu de terrain pour ouvrir la marque (0-1, 21’). Les Messins faisaient le break quelques secondes plus tard d’une reprise de volée parfaite (0-2, 23’).

 

Laval colle et décolle 

 

Il fallait un coup de tête de Zakaria Naidji, après plusieurs minutes de pression mayennaise pour revenir dans la partie (1-2, 32’). Avant cela, Alexandre Oukidja, d’une parade incroyable, et Mathieu Udol, de la tête, sur sa ligne, avaient sauvé leur équipe. Mais Laval replongeait. Quelques instants après la réduction du score, Mathieu Udol réalisait un festival et portait l’avantage à 3-1.

A la pause, les mots d’Olivier Frapolli résonnaient dans le vestiaire tango. Ses protégés attaquaient le deuxième acte pied au plancher et c’est une nouvelle fois Zakaria Naidji, d’un pétard en pleine lucarne, qui remettait les siens dans la partie en s'offrant un doublé (2-3, 74’). Le public du stade Le Basser y croyait de nouveau, il avait bien raison. Dans les dernières minutes, alors que Metz évoluait à 10 et que leur gardien avait été exclu (57’), Djibril Diaw faisait chavirer le stade. Après un coup de billard, le défenseur central envoyait le ballon au fond des filets pour prendre un point du nul mérité (3-3, 92’).

Une soirée de folie, aussi belle qu’une victoire.