Stade lavallois : Bryan Goncalves "démonte la télé", Yasser Baldé "a les larmes"... L'avant match Maroc-Portugal

MayenneSports

9 décembre 2022 à 21h16 par Cyprien Legeay

Au Stade lavallois, le quart de finale de la Coupe du monde entre le Maroc et le Portugal (samedi, 16h) Yasser Baldé et Bryan Goncalves. Le Marocain et le Portugais parlent du match avec passion... et folie !

Yasser Baldé et Bryan Goncalves vont être adversaires samedi soir.
Yasser Baldé et Bryan Goncalves vont être adversaires samedi soir.
Crédit: Nicolas Geslin/Oxygène Radio

C'est le sujet du vestiaire lavallois en ce moment : le quart de finale entre le Maroc et le Portugal. Yasser Baldé et Bryan Goncalves, partenaires sur le terrain, vont cette fois-ci être adversaire. Tous les deux soutiennent le pays d'origine de leurs mères.

Les clans se forment déjà dans le vestiaire. La communauté portugaise, portée par les GoncalvesTavares ou Gonçalves a un poil plus de succès que la Team Maroc dont Yasser Baldé est le seul fervent défenseur. "J'ai de bons alliés comme Kévin (Perrot), via sa femme, ou Zak (Naidji), s'amuse Yasser Baldé. Globalement, ce sont les joueurs d'origines africaines qui me soutiennent, bon même si quelques-uns comme Adéoti ne croient pas trop en moi. Ils me demandent de redescendre sur terre (rires).

Yasser Baldé et les matches du Maroc

Dans le vestiaire, on va même jusqu'à s'éviter et signer une sorte de charte : pas le droit au chambrage, obligation de se dire bonjour. "Vraiment, honnêtement, on s'évite. Quand ça parle du Portugal, je pars, quand c'est le Maroc, c'est eux qui partent." Yasser Baldé reconnaît ne pas partir favori et dit toute sa fierté de voir son pays arriver en quart de finale. De son côté, Bryan Goncalves veut aller plus loin "face à une belle équipe du Maroc". "J'espère qu'on va gagner pour pouvoir venir avec mon maillot du Portugal comme l'a fait Yasser hier, imagine le gaucher. Mais pour le moment, j'évite de chambrer parce que si on a une déconvenue, il va être chambreur, et moi, le chambrage ça me vexe."


"Moi je casse tout, je démonte la télé"



Vivre un match auprès des deux joueurs doit-être un supplice tant ils aiment exulter. "Moi, je casse tout, je démonte la télé, illustre Bryan Goncalves. Zak (Naidji) c'est mon voisin, le dernier match contre la Suisse, j'ai été arracher sa porte, toquer chez lui et tout ! Je fais n'importe quoi !" Le Marocain est plus dans l'émotion : "Ah, je ne cache pas que pendant l'hymne national, j'ai les larmes hein ! Après, ce n'est que de la tension... Je vis le match, c'est comme si j'étais avec eux (l'équipe du Maroc). Je m'excuse d'ailleurs auprès de ma fille, car à chaque fois, je la fais sursauter..."

Les deux joueurs vivront le match différement samedi. Yasser Baldé, blessé, restera chez lui devant sa télé. Bryan Goncalves sera sur le terrain, à QRM, et suivra ce qu'il pourra de la rencontre...