Stade lavallois : les Tango tombent dans les derniers instants à Châteauroux

Mayenne Sports 

14 mars 2022 à 21h13 par Cyprien Legeay

Le Stade lavallois peut s'en mordre les doigts après ce nul concédé dans les ultimes secondes à Châteauroux (1-1). Il faudra vite rebondir face à Sète, vendredi.

Geoffray Durbant avait pourtant ouvert le marque et mis Laval sur de bons rails.
Geoffray Durbant avait pourtant ouvert le marque et mis Laval sur de bons rails.
Crédit: Cyprien Legeay

Avant le match, beaucoup aurait signé pour prendre un point face à cette équipe de Châteauroux. Après la rencontre, cette seule unité a un goût d'inachevé, de défaite même. Laval avait pourtant fait le plus dur, à savoir tenir l'avantage face à l'une des meilleures formations de ce National.

La rencontre avait débuté sur les chapeaux de roue. En fait, personne n'a vraiment eu le temps de se chauffer et Geoffray Durbant a surpris tout le monde en ouvrant la marque à la quatrième minute de jeu. Le meilleur buteur mayennais, peu en réussite ces derniers temps, profitait d'une frappe de Jimmy Roye déviée pour ajuster Paul Delecroix (0-1, 4').

La suite de ce premier acte était une succession de fautes. Les Castelroussins, trop agressifs, étaient avertis une première fois quand Thomas Robinet obligeait Alexis Sauvage à sortir sur blessure, en sang (11'). Ils ne bénéficiaient pas de la même clémence de l'arbitre sur une faute de Ferris Ngoma et se retrouvaient à dix (24').

Au terme d’une première mi-temps bizarre, totalement hachée par un nombre important de cartons, Laval menait aisément au score.

 

Thomas Robinet, au bon souvenir de Laval

 

La seconde mi-temps reprenait comme la première s’était terminée, avec un carton jaune pour Adama Mbengue. Sur le coup-franc qui suivait, Yasser Baldé ne parvenait pas à cadrer sa tête (47’) au contraire de Nolan Roux qui sollicitait Maxime Hautbois pour la première fois (50’).

La suite était cruelle pour Laval. Les Tango défendaient leur avantage sans se montrer dangereux mais sans pour autant subir non plus. Mais voilà,dans ce genre de soirée il faut toujours que les attaquants de classe se montrent. Thomas Robinet en est un. L'ancien tango choisissait son moment quand il surgissait devant Pierrick Cros pour égaliser (90+3', 1-1). Une vraie performance alors que son équipe était à neuf depuis quelques minutes.

Au final, Laval garde sa première place, la conforte même avec un point de plus au compteur. Mais personne ne pourra s'empêcher de penser que ce match nul à des saveurs de défaite et que ces deux points perdus pourraient compter à l'heure du bilan.