Stade lavallois. Pagis décisif, Labeau-Lascary impliqué... Les notes après le Paris FC

MayenneSports

Le Stade lavallois a du se contenter du match nul face au Paris FC mardi soir (1-1). Si les Parisiens étaient en supériorité numérique, ils ont rarement été dangereux.

24 janvier 2024 à 10h52 - Modifié : 24 janvier 2024 à 11h00 par Cyprien Legeay

Rémy Labeau-Lascary a été décisif devant le but.
Rémy Labeau-Lascary a été décisif devant le but.
Crédit : Nicolas Geslin/Oxygène Radio

SAMASSA (6). Pas grand-chose à faire d'autres qu'être vigilant sur plusieurs centres parisiens. Le portier lavallois a tout de même contraint Diaby-Fadiga à forcer sa reprise, non cadrée. Il ne peut rien faire sur le but de Lukembila (46').

VARGAS (6). Beaucoup d'activité, beaucoup de centres qui ont rarement trouvé preneur. Il s'est acharné à défendre quand Laval était à dix en deuxième mi-temps.

BALDE (6). Quelques relances dévissées, mais de l'assurance derrière pour le défenseur qui monte en puissance. Remplacé par ADEOTI (65') pour passer à quatre derrière et densifier le milieu.

TAVARES (7). Le capitaine de la défense est toujours aussi serein et cela se perçoit sur le terrain. Il donne confiance à ses partenaires en défense et s'assure que rien ne passe dans l'axe.

DIAW (7). À l'image de Yasser Baldé, il monte en puissance sur les derniers matches. Des jaillissements bien sentis, des interventions musclées et un règne sans équivoque dans les airs.

CHERNI (6,5). Comme son pendant à droite, il a largement arpenté son côté gauche en première période pour porter le danger. Il a ensuite sécurisé son couloir dans le deuxième acte.

SANNA (6,5). Il a eu besoin de quelques ballons égarés pour se mettre dans le tempo de la partie, mais a ensuite fait étalage de sa justesse. Il est précieux à la récupération mais aussi dans ses projections vers l'avant. Remplacé par BAUDRY (90'+3).

ROYE (6). Le capitaine a commencé le match en harcelant haut le porteur de balle, en organisant le pressing puis les temps de repositionnement. Auteur d'une semelle sur Mbow, il est sanctionné d'un carton rouge très sévère (45'+2).

LABEAU-LASCARY (7). L'une de ses meilleures mi-temps sous le maillot lavallois lors des 45 premières minutes. Ses accélérations ont mis au supplice la défense parisienne, c'est sur l'un de ses débordements qu'il délivre un centre décisif pour Pablo Pagis. Il a également beaucoup œuvré en défense. Remplacé par KADILE (65').

TCHOKOUNTE (6,5). Après une fin d'année 2023 plus difficile physiquement, on a retrouvé le pivot qui aimante tous les ballons, pèse sur les défenses. Il a pu distribuer le jeu et est impliqué sur le but tango. Remplacé par GONCALVES (86').

PAGIS (7,5). Sous les yeux de son père, en tribunes, il a fêté sa première titularisation par un but de renard dans les premières minutes (6'). Il a ensuite distribué, organisé le jeu en étant toujours disponible entre les lignes. Sa relation avec Malik Tchokounté et Thibaut Vargas, qu'il a connu à Nîmes, est déjà prometteuse tandis qu'il a bien combiné avec Rémy Labeau-Lascary. Il a fait les frais de la réorganisation tactique à la pause lorsque Laval était à dix. Remplacé par THOMAS (46').

Le barème de notation
Le barème de notation
Crédit : Nino Bourge-Maldinez // Oxygène Radio