Stade lavallois : une attaque muette et une sixième défaite face à Grenoble

MayenneSports

Le Stade lavallois a encore perdu une occasion de faire son retard sur les équipes de devant. Une nouvelle défaite face à Grenoble (0-1) qui fait très mal.

8 avril 2023 à 21h27 par Cyprien Legeay

La déception de Steven Nsimba après la défaite face à Grenoble.
La déception de Steven Nsimba après la défaite face à Grenoble.
Crédit : Nicolas Geslin/Oxygène Radio

Le Stade lavallois termine plus de sa série noire. Face à Grenoble, les Tango ont chuté pour la sixième fois de suite et continuent ainsi leur longue et douloureuse descente aux enfers. Ces enfers s'appellent la zone rouge, là où des équipes reviennent de derrière et d'autres se sortent hormis le Stade lavallois. 

Du match, les Lavallois ont plutôt été dominateurs. Une première occasion de Matthias Phaëton aura suffi à plier la partie dès la 7e minute et un ballon en profondeur. Après ça, Alexis Sauvage n'aura pas été trop mis à contribution sauf sur une incursion d'Amine Sbaï. De son côté, Laval a propulsé quelques offensives avec un 4-4-2 reconduit et notamment un Dembo Sylla très en jambes.

Sur l'ensemble de la partie, les Tango ont été dominateurs, mais comme le dit l'adage : "dominer n'est pas gagner". Face à Metz, face à Grenoble ce samedi soir, les situations ont été nombreuses mais encore une fois, le dernier geste a fait défaut. "Qu'est-ce qu'il faut pour marquer un but, soupirait Olivier Frapolli après la rencontre. On vient de faire six défaites avec un but d'écarts... À un moment le football, c'est aussi marquer des buts. Quand je vois notre nombre de situations, d'occasions, de coups de pied arrêtés... Passez-moi l'expression, mais ça fait chier."

Au classement, Laval ne sort pas de la zone rouge et reste bloqué à 31 points. Une position de premier relégable juste derrière Annecy et Valenciennes, tous les deux à 33 points, qui se jouent lundi soir. Pau et Rodez comptent 34 points.