Ukraine : en Anjou Bleu, des familles sont déjà prêtes à accueillir des réfugiés

Maine et Loire 

9 mars 2022 à 17h44 - Modifié : 10 mars 2022 à 11h02 par Alexis Vellayoudom

Toutes les mairies d'Anjou Bleu Communauté ouvrent leurs portes aux dons pour l'Ukraine. Une douzaine de familles sont déjà prêtes à accueillir des réfugiés.

Rassemblement Ukraine Angers_26 02 22_AVC
À Angers, plusieurs personnes se sont rassemblées en soutien au peuple ukrainien
Crédit: Priscille Formon

Au 14ème jour de la guerre en Ukraine, le nombre de familles à quitter le pays ne cessent d'augmenter. Déjà plus de 2 millions de personnes selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés. En Pologne, Roumanie et Moldavie, pays frontaliers de l'Ukraine, les dons affluent de toute l'Europe, mais la question se pose maintenant de l'accueil de ces femmes et de leurs enfants. Selon le gouvernement, 5 000 Ukrainiens se seraient déjà réfugiées en France. En Anjou Bleu, l'accueil se prépare. 

 

Une douzaine de familles se sont proposées

 

Depuis lundi, le téléphone n'arrête pas de sonner, "il y a un bel élan de solidarité", constate Pierrick Esnault, le maire d'Ombrée d'Anjou. Son homologue de Segré-en-Anjou, Geneviève Coquereau, compte déjà une douzaine de familles prêtes à accueillir des Ukrainiens qui fuient la guerre : "soit pour partager leurs logements, soit parce qu'ils avaient des logements qui pouvaient être disponibles, locatifs. On a pris aussi la tâche de nos bailleurs pour bloquer éventuellement des ventes pour pouvoir récupérer des maisons". 

 

L'accueil des réfugiés se prépare en Anjou Bleu
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

Mais pour combien de temps ? Peu importe pour l'élue, il faut prévoir sur la durée, "on ne sait pas combien de temps ça va durer. Si on doit garder ses familles avec enfants assez longtemps, ça veut dire prévoir un relais au niveau de nos écoles, les intégrer dans nos écoles pour qu'ils puissent suivre une scolarité. Ça veut dire les intégrer au niveau du monde du sport, associatif, parce qu'ils risquent de vivre un certain temps chez nous, ils ont besoin de retrouver une stabilité", explique la maire. 

Une maman avec ses enfants sont déjà arrivés sur le territoire. Les personnes intéressées peuvent déjà contacter leurs mairies, ils devront indiquer le type du logement, sa superficie et le nombre de personnes qu'il peut accueillir. Un site du gouvernement est aussi en ligne pour recenser les personnes susceptibles d'accueillir. Les élus songent déjà aux éventuels problèmes de mobilité et de durée des logements.

 

Des dons dans toutes les mairies d'ABC

 

"On est extrêmement sensible et mobilisé", lâche Gilles Grimaud, président d'Anjou Bleu Communauté. Les habitants peuvent faire des dons dans toutes les mairies et mairies déléguées du territoire. La Protection civile, qui coordonne la plupart des collectes sur le Maine-et-Loire, recommande des produits d'hygiène, savon, mais aussi pour bébé, couches, lait maternisé, des couvertures, des sacs de couchage, du matériel électrique ou des denrées alimentaires comme des conserves, de l'eau, "pas nécessairement des vêtements, on nous fait savoir qu'il y en a déjà beaucoup. Les dons devront être dans des cartons fermés. Si chacun peut indiquer sur le carton son contenu, ça faciliterait la tâche des bénévoles", précise Geneviève Coquereau. 

 

 

"Je trouve que c'est un peuple très serein. On voit jamais de bousculade. Ils sont sans doute dans l'interrogation pourquoi ça nous arrive, pourquoi les bombes nous tombent dessus, mais je les trouve d'une grande sereinnité et très calme", confie la maire de Segré-en-Anjou-Bleu. 

Anjou Bleu Communauté pourrait aussi collaborer avec les entreprises du territoire pour acheminer de nouveaux convois vers l'Est. Anjou Bleu Communauté devrait voter une aide financière pour aider les réfugiés, mais les particuliers peuvent déjà en faire sur le site de la Croix-Rouge