A Segré, les lycéens se préparent aux JO Paris 2024 avec l'athlète angevine Amandine Brossier

Maine et Loire Sports 

4 janvier 2022 à 16h18 par Alexis Vellayoudom

Le 10 décembre, Amandine Brossier, athlète olympique sur 400 mètres, a passé une matinée avec des lycéens de Blaise Pascal. Au programme, des échanges, des ateliers et une préparation pour Paris 2024.

Amandine Brossier Echange_10 12 21_AVC
Les lycéens ont interrogé l'athlète angevine sur son parcours et la place des femmes dans le sport
Crédit: Alexis Vellayoudom

C'est une étape avant Paris 2024, un avant-goût de la fête qui attend la France. Vendredi 10 décembre, l'athlète licenciée au SCO athlétisme, Amandine Brossier a passé une matinée avec des élèves de 2nd et de 1ère du lycée Blaise Pascal. La rencontre a été organisée avec le Conseil régional dans le cadre du label génération 2024 qu'a obtenu le lycée de Segré. 

 

Un message d'ambition

 

Les six classes conviées à cette rencontre, avaient préparé plusieurs questions. Et les élèves n'avaient pas leur langue dans leurs poches, parcours, hygiène de vie, célébrité, argent tout y est passé, "il y a eu pas mal de questions sur la professionnalisation, sur mon métier. La place de la femme, la parité dans le sport et la question de l'argent sont revenues aussi", explique Amandine Brossier. De son côté, l'athlète, qui a participé à la demi-finale des Jeux olympiques de Tokyo, n'a pas fait dans la langue de bois comme sur son partenariat avec ADIDAS ou sur la question du dopage : "je trouve qu'on n'est pas assez souvent contrôlé, depuis le début de l'année, je n'ai eu que 3 ou 4 contrôles". 

 

Amandine Brossier Blaise Pascal_10 12 21_AVC
Amandine Brossier a participé à des ateliers préparés par des élèves
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

La jeune femme de 26 ans, originaire du May-sur-Evre, est aussi revenue sur son parcours atypique. Un passage d'abord au basket avant de débuter sur le tard en athlétisme à 19 ans, "je prenais de moins en moins de plaisir, c'est ce que j'ai retrouvé dans l'athlétisme", témoigne la sportive de haut-niveau. D'abord sur 200 mètres, d'allonger la foulée sur le 400 mètres, "ma force, c'était la résistance. Je me suis pas dit que c'était simple, mon objectif, c'était de faire le mieux possible". 

 

Amandine Brossier a voulu faire passer un message aux lycéens
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

C'était d'ailleurs le moment de passer un message aux élèves, "c'est de leur donner envie de croire à leurs projets que ce soit dans le sport, dans la vie quotidienne, leur projet professionnel et de se dire qu'il faut garder du plaisir. C'est un plaisir de venir échanger avec eux et pouvoir leur dire que c'est possible d'y arriver avec détermination", a confié l'athlète. Les élèves ont ensuite participé à un quizz sur son parcours avant qu'Amandine passe entre les ateliers proposés par des élèves. 

 

Les JO Paris 2024 en ligne de mire 

 

Mais la plus grande fierté de l'athlète angevine reste sa participation aux Jeux olympiques de Tokyo cet été, malgré son élimination en demi-finale et les restrictions sanitaires : "d'avoir participé aux JO, c'est ce que je retiens le plus [...] c'était vraiment grandiose, c'est un événement à part entière. C'est vraiment un partage du sport et une fête du sport qui est immense. Sportivement, c'est la plus grande échéance qu'un sportif puisse connaître donc c'était vraiment magique". 

 

Amandine Brossier Paris_10 12 21_AVC
Amandine Brossier espère faire un bon résultat au Jeux olympiques de Paris 2024
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

Objectif maintenant Paris 2024 et pour les préparer, l'Angevine aura besoin du soutien du public et des jeunes, c'était aussi l'objectif de cette visite, "toutes les villes essayent d'être Terre de Jeux Paris 2024 donc c'est cool parce qu'on parle de sport et ça permet peut-être les jeunes à en faire davantage. On sent déjà l'émulation qu'il y a et j'espère qu'elle sera grandissante au fur et à mesure des années", explique Amandine Brossier. 

 

Amandine Brossier sent l'engouement autour de Paris 2024
Crédit: Alexis Vellayoudom

 

C'était aussi le souhait d'Emmanuel Ricou, professeur d'EPS au lycée Blaise Pascal, qui avec le label Génération 2024 veut lier ses élèves à ce grand événement : "on veut mettre des projet petit à petit sur les JO. Il y aura certainement qui va se produire en classe, en histoire-géographie, en PSE". En attendant, les élèves pourront s'intéresser aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin qui commencent dans un mois tout pile.