Stade lavallois. Après l'élimination au Puy, les supporters attendent un rebond à Valenciennes

MayenneSports

Eliminé de la Coupe de France après une partie totalement ratée, le Stade lavallois a l'occasion d'oublier la frustration du Puy-en-Velay et se ressaisir à Valenciennes. Il faudra faire bien mieux pour se racheter auprès des supporters.

8 février 2024 à 19h31 par Cyprien Legeay

La déception lavalloise contraste avec la joie des Ponots.
La déception lavalloise contraste avec la joie des Ponots.
Crédit : Nicolas Geslin/Oxygène Radio

C'est l'une des images qui restera de cette Coupe de France lavalloise : l'immobilisme, la détresse et l'incompréhension du parcage lavallois. Pourtant préparés après 90 minutes indigestes, les supporters sont tout à coup devenus mutiques, comme sonnés... parce qu'ils avaient déjà tous rêvé de retrouver les quarts de finale de cette compétition.

Ce jeudi matin, outrepassé quelques idiotes critiques sur les réseaux sociaux, où certains oublient vite le récent passé, les langues se sont déliées. Le regret était palpable, le sentiment prédominant était celui du gâchis. Laval a laissé en Auvergne l'occasion d'écrire une page de sa légende. La déception, aussi, d'avoir vu trop peu de joueurs venir saluer un parcage où certains avaient pris la route dès 9h le matin pour ne rentrer qu'à 7h le lendemain. Tout de même, Jimmy Roye, Anthony Gonçalves ainsi qu'Olivier Frapolli et Laurent Lairy sont venus glisser un mot pour les valeureux voyageurs à la semaine.

 

"C'est assez incompréhensible"

 

Le manque d'investissement a été reconnu par tous, des supporters aux joueurs. Olivier Frapolli, à chaud, remonté comme un coucou par une poignée de supporters ponots venus lui chercher des noises, a rapidement lâché : "C'est assez incompréhensible d'être passé à côté de cette Coupe de France". Ni lui, ni ses protégés n'ont cherché d'excuses. Il n'y en avait pas. Chacun a tenté de trouver des explications à cette contre-performance. "Je pense qu'on a été pris par l'enjeu face à une équipe qui n'avait rien à perdre", a essayé Yasser Baldé.

Le match terminé, tous ont essayé de basculer rapidement. La nuit supplémentaire passée au Puy n'a pas aidé à la récupération. Les joueurs ont été éparpillés dans les chambres des hôtels alentour pour finalement rentrer en Mayenne en milieu de matinée, avec un seul objectif dans le viseur : Valenciennes. Alors que Laval sombrait, la lanterne rouge de Ligue 2 se qualifiait pour un quart de finale de Coupe de France.

Dans le Nord, Laval est attendu au tournant pour redonner du baume à ses supporters après deux prestations difficiles de suite. "La chance qu'on a, c'est qu'il y a un match qui arrive vite, analyse le défenseur lavallois Yasser Baldé. J'espère qu'on pourra se rattraper. On a envie de se rattraper dans le contenu des matches, dans l'approche, la mentalité, les duels, ce qui nous a manqué ce soir."

 

"Ramener quelque chose de positif de Valenciennes"

 

Désormais, le Stade lavallois n'aura plus l'excuse (recevable) de la fatigue. Avec un match par semaine ou, en tout cas, pas un de plus que ses concurrents, les Tango ont des vues sur les barrages en fin de saison. "Nous n'avons plus que cet unique objectif (la Ligue 2, ndlr), disait Olivier Frapolli après la rencontre. C'est un très bel objectif, nous allons essayer de prendre le plus de points possibles. On doit ramener quelque chose de positif de Valenciennes pour se remonter le moral."

Une victoire, attendue par tous les supporters mayennais, permettrait de se racheter.