Stade lavallois. Le 4-4-2, un système à pistonner ?

MayenneSports

Travaillé à l'entrainement, utilisé une bonne heure face à Quevilly-Rouen, le système en 4-4-2 est une solution de rechange pour Olivier Frapolli. Mais comme tout changement, il présente ses forces et ses faiblesses pour le Stade lavallois.

6 février 2024 à 12h31 par Cyprien Legeay

Les deux latéraux lavallois ne s'expriment pas de la même façon suivant le système.
Les deux latéraux lavallois ne s'expriment pas de la même façon suivant le système.
Crédit : Nicolas Geslin/Oxygène Radio

"L'important, ce n'est pas le système, c'est l'animation." C'est l'un des poncifs préféré d'Olivier Frapolli et il n'est jamais aussi vrai que quand on le questionne sur ses choix tactiques. Le sujet est revenu sur le tapis après la défaite face à Quevilly-Rouen, puis avant le match de Coupe de France au Puy-en-Velay, ce mercredi. Le point commun : Laval a évolué en 4-4-2 samedi soir, comme il l'avait déjà fait en coupe cette saison, à Provin.

Si c'est par la force des choses que le Stade lavallois a terminé avec un schéma à quatre défenseurs contre QRM, le 4-4-2 est largement travaillé la semaine à l'entraînement. Il possède ses qualités et ses défauts. Les pistons Amin Cherni et Thibaut Vargas sont les principaux concernés par ce changement. "On ne peut pas demander la même chose à nos pistons, parce qu'ils deviennent des latéraux, analyse Olivier Frapolli, l'entraineur tango. D'ailleurs, Thibaut (Vargas) est resté prudent face à Quevilly-Rouen, même si c'est lui qui donne la balle de but. Il est souvent resté comme troisième défenseur et Amin (Cherni) a continué à attaquer."

 

Des montées limitées

 

En effet, les montées se sont faites plus rares, les dédoublements plus limités. Mais cela permet aussi de reposer des pistons ultra-sollicités depuis le début de saison. "Face à QRM, j'ai senti assez rapidement que les pistons n'étaient pas dans une forme olympique, qu'ils n'allaient pas faire des allers-retours toute la rencontre. C'est l'indicateur qui m'a révélé qu'on allait passer à quatre défenseurs." Le passage en 4-4-2, avec des couloirs animés par Antonin Bobichon, Rémy Labeau-Lascary ou Pablo Pagis permet de mettre plus de densité et de limiter les risques défensifs. "Il est évident que les pistons ont un rôle offensif moins marqué en jouant à quatre. Mais la qualité de nos pistons, c'est ce qui fait la richesse de notre système actuel."

Pour l'heure, le 4-4-2 est plutôt un système d'adaptation, Olivier Frapolli préfère le sortir en cours de match. Il faut dire que l'effectif a été taillé pour le 3-5-2 habituel. "On a plus de repères à trois, dans l'animation, dans les sorties de balles, note l'entraîneur du Stade lavallois. On travaille comme cela depuis maintenant trois saisons, on a créé un effectif pour jouer dans ce dispositif. Maintenant, c'est l'animation qui compte plus que le schéma tactique."

 

Amin Cherni, important offensivement.
Amin Cherni, important offensivement.
Crédit : Cyprien Legeay/Oxygène Radio

Le reste est une perpétuelle question d'équilibre et Olivier Frapolli s'interroge en permanence. "Quel est le bénéfice ? Est-ce qu'on prend le risque ou non ? Qu'est-ce que ca va nous apporter ? Pour quelle raison on le fait ?". Le choix se fait en fonction de l'adversaire, de l'évolution d'une rencontre ou encore des forces en présence. Il peut permettre de faire tourner l'effectif, de mettre deux joueurs aux qualités plus défensives, qui auront donc moins de responsabilités offensives.

"On peut imaginer que les pistons restent des pistons et qu'on ne joue plus qu'avec deux défenseurs. Après, il faut un équilibre, comme dans toutes les équipes. À la perte du ballon, comment tu es ? Est-ce que tu es bien positionné ? On a vu, face à QRM, que nous n'étions pas bien positionné et c'est pour ça qu'on prend des contres."

Est-il possible de voir le 4-4-2 de sorti en Ligue 2 ? "Oui. C'est un système qu'on fait plutôt en cours de rencontre, mais cela peut être une option."

Olivier Frapolli sur les bénéfices d'un système en 4-4-2.