Hôpitaux : 200 lits fermés pour l'été en Mayenne, selon FO 53

Mayenne 

Le syndicat Force Ouvrière craint "un été de tous les dangers" alors que le Président Macron avait promis un plan d'investissement massif pour les hôpitaux français.

lit vide hopital_25 05 21_David Prado Perucha - Envato Elements
photo d'illustration
Crédit: David Prado Perucha

25 mai 2021 à 17h57 par Alexis Vellayoudom et Coralie Juret

Force Ouvrière s’inquiète de la fermeture estivale de lits dans les hôpitaux du département. Selon le syndicat, près de 200 lits seront fermés cet été faute de personnel. FO s’inquiète aussi des conditions de prises en soins des patients. D'après le syndicat, des directeurs d’hôpitaux n’ont aucune garantie que ces lits rouvriront.

Il serait question de 18 lits de psychiatrie à Laval, des chiffres que le centre hospitalier "ne souhaite pas commenter à ce stade" alors que "les concertations sont toujours en cours", mais confirmés de son côté par le centre hospitalier du Haut-Anjou : 30 places d'EHPAD seront laissées vacantes au fil des départs pendant les 2 mois d'été au CPA St Joseph de Château-Gontier, en raison du manque de personnel. 13 aides-soignantes sont en congé maternité et les candidatures font défaut.

Le CHHA a donc choisi de "maintenir les congés d'été de ses équipes soignantes fatiguées", explique son directeur adjoint François de Boysson, et de "garantir la qualité et la sécurité de la prise en charge" des patients. Une décision "prise à contrecœur" et une "situation exceptionnelle" due à "de nombreuses difficultés que la crise Covid a aggravées", précise le directeur adjoint, qui "relative l'inquiétude", même si "la désaffection des métiers d'aide-soignants est très préoccupante pour nous", dit-il.

Au centre hospitalier du sud-ouest Mayennais (CHLSOM), 10 lits de soins de suite sont concernés, confirme la direction, "comme tous les ans compte tenu de la baisse d'activité en période estivale". La directrice des ressources humaines Maud de Beaudrap se dit également "préoccupée cette année par les tensions qui existent sur les recrutements des professionnels para-médicaux".