Laval : une première journée des fiertés en Mayenne demain

Mayenne

17 juin 2022 à 19h19 par Coralie Juret

L’association la Gom 53 organise une journée de festivités avec un village et une marche dans les rues de Laval autour de la cause LGBTQI+.

LGBT gay homo drapeau rainbow_17 06 22_Megostudio - envato elements
Illustration
Crédit: Envato Elements

La Mayenne a sa gay pride. Une journée des fiertés est organisée ce samedi 18 juin, à Laval par la Gom’53 qui veut “faire de la ville [son] local géant”. Le centre LGBTQI+ (lesbien, gay, bi, trans, queer, intersexes et plus) de la Mayenne invite les habitants à participer à la fête et à revendiquer leur soutien aux personnes LGBT. “C’est un événement qui est hyper important, comme me disait une personne qui vient pour la première fois au local, ça va faire un bien fou d'enfin pouvoir être soi sereinement, dans les rues de Laval, explique Julien Bestin co-fondateur de la Gom'53. “On va offrir un temps où les personnes LGBT vont pouvoir être elles-mêmes. Pour beaucoup de couples, se tenir la main c’est être militant, parce que c'est devoir affronter des regards qui sont parfois très noirs, très violents, des réactions, des agressions. Et à la fois danser, faire la fête quand on est restreint toute l'année à ne pas pouvoir être spontané, ce jour-là on sait qu'on va pouvoir l'être donc ça fait un bien fou”.

Sur le square de Boston, point de départ de la marche des fiertés à 14h ce samedi, se tiendra aussi un “village des étapes de vie" de 11h à 19h avec une vingtaine de structures et des médecins, notaire, avocats… “les personnes LGBT peuvent se marier, adopter, acheter et ont des besoins spécifiques en matière de santé”, précise celui qui planche sur ce “bébé” depuis 9 mois. 

Un événement “inclusif” auquel ceux qu’on appelle “les alliés”, les hétéros bienveillants sont les bienvenus pour soutenir la cause LGBT. Parce que même si la majorité des Mayennais est bienveillante, les homo, bi et trans doivent toujours réfléchir à leurs moindres gestes explique Julien Bestin : “Tenir la main de son homme dans la rue, beaucoup LGBT se l'interdisent ou quand ils le font, c'est en vérifiant le climat. Ce fameux sentiment d’insécurité vous savez qu'on peut tous avoir au quotidien, notamment les femmes en rentrant de bar quand elles se retrouvent seules sur les derniers mètres sans la dernière amie… c'est un peu le quotidien pour des couples d'hommes qui veulent se tenir la main de temps en temps. On a quand même obtenu le mariage pour tous, avant d'avoir obtenu la sérénité de vivre sereinement dans la rue”.

Village des étapes de vie, samedi 18 juin  de 11h à 19h au square de Boston à Laval. Départ de la marche des fiertés à 14h, et soirée DJ aux Mardelles à Changé.