Rave-Party à Port-Brillet : Laval Agglo porte plainte

Mayenne

Une rave-party s'est déroulée tout le week-end à Port-Brillet, en Mayenne, sur le site de l'ancienne fonderie. Environ 1 500 personnes y ont pris part sous la surveillance des gendarmes qui ont procédé à de nombreux contrôles.

20 mars 2023 à 8h18 - Modifié : 21 mars 2023 à 17h28 par Cyprien Legeay et Alexis Vellayoudom

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Crédit : Oxygène Radio

Laval Agglo ne laissera pas passer. Dans la nuit de vendredi à samedi, la rave-party a débuté sur le site de l’ancienne fonderie de Port-Brillet, pour durer jusqu’à dimanche soir, où 80 personnes étaient encore présentes vers 18h. Au plus fort, le rassemblement non-autorisé a rassemblé 1 500 personnes. Au total, 120 gendarmes se sont relayés durant trois jours pour assurer la sécurité et effectuer de nombreux contrôles. Bilan des contrôles de la gendarmerie : 21 conduites sous stupéfiants, 3 conduites en état d’alcoolémie, 63 usages de stupéfiants et 34 autres infractions au code de la route. Un revendeur de stupéfiants a également été contrôlé et fait l’objet d’une procédure judiciaire.

Une vingtaine de sapeurs-pompiers de la Mayenne ont été mobilisés pour renforcer le centre de secours de Port-Brillet et intervenir sur la commune ou en renfort du dispositif de l’association de la protection civile 53 mis en place sur site. Le bilan humain provisoire fait état de 35 victimes prises en charge par les dispositifs de secours dont 7 ont nécessité un transport vers un centre hospitalier pour des traumatismes ou des malaises.

 

Laval Agglo condamne ces événements

 

Le site, à l'abandon, est en partie pollué et présente des bâtiments aux structures fragiles. Un projet de sécurisation est en cours, mais, "il ne permet pas d'accueillir ce type d'évènement, qui ne prévoit aucun dispositif sanitaire et de sécurité adaptés pour accueillir du public", explique Laval Agglo. La collectivité va porter plainte, "la commune et l'intercommunalité condamnent avec fermeté l'intrusion et l'installation non autorisée sur une friche industrielle présentant plusieurs risques importants pour la sécurité des occupants".