UCO Laval. Une rentrée positive, argument pour le projet d'agrandissement

Mayenne 

Pour la rentrée 2021-2022, l'UCO Laval a dépassé la barre des 400 étudiants. L'établissement catholique poursuit sa croissance avec de nouvelles formations et toujours ce projet d'agrandissement.

UCO Laval Chareton_30 09 21_AVC
La hausse des effectifs se poursuit à l'UCO Laval
Crédit: Alexis Vellayoudom

6 octobre 2021 par Alexis Vellayoudom

En cette fin de mois de septembre, c'était l'occasion pour l'UCO Laval de faire le point sur sa rentrée. D'abord, un retour des étudiants presque à la normale en 100 % présentiel, "c'était quelque chose de très attendu par les étudiants et par les membres du personnel [...] la période passée de confinement et d'enseignements par la visio, c'était pesant", confie Jean-Renée Ladurée, devenu directeur exécutif depuis le 16 août. L'établissement assure avoir "limité la casse" sur le décrochage. Pour cette rentrée, l'UCO accueille 405 étudiants, un nombre en croissance, "la notoriété de l'UCO Laval se développe d'année en année. D'abord au travers de nos anciens étudiants et à l'ouverture de nouvelles formations", ajoute le directeur exécutif qui épaulera Sylvain Chareton, le directeur, dans les fonctions administratives. 

 

Deux nouvelles formations

 

À l'UCO, 9 formations sont dispensées, les licences d'histoire, banque/assurance, métiers du bâtiments, info-com et le master innovation, entreprise, société lancé l'année dernière, "le nombre d'étudiants a doublé. Sur les 15 étudiants, les 2/3 sont Mayennais", précise Sylvain Chareton. Les étudiants peuvent aussi entrer dans la licence libraire, une formation atypique, en plein essor où étudient 32 apprentis au lieu de 20 l'année dernière, "ça a explosé. C'est l'effet Covid, les jeunes se sont remis à lire et puis il y a eu au début de la crise sanitaire, le sujet de l'avenir des librairies", assure le directeur. 

Pour cette rentrée, deux nouvelles formations. D'abord, une deuxième année info-com, mineur journaliste et réseau sociaux qui accueille 24 élèves et une licence éco-gestion, "c'est essentiel sur le territoire qui est en recherche de contrôleur de gestion, de salariés spécialisés sur les ressources humaines", souligne Jean-Renée Ladurée. 

Trois nouveaux maîtres de conférence intègrent l'équipe : Céline Cholet, Phoong Nguyen-Pochan et Abir Abid. 

 

Le projet d'agrandissent toujours d'actualité

 

Le projet d'agrandissement, c'est toujours d'actualité pour l'UCO Laval
Crédit: Alexis Vellayoudom

Des arguments que fait valoir la direction pour son projet d'agrandissement sur le campus université de la technopole, toujours en stand-by. Pour rappel, le Département et la Région ont donné leur accord pour financer ce projet, mais pas Laval Agglo qui estime avoir besoin de plus de temps pour y réfléchir. La polémique ? Le financement à 70 % de l'agrandissement d'une université catholique par de l'argent publique. Plusieurs syndicats s'opposent à ce financement. Mais à l'UCO, Jean-René Ladurée se veut optimiste : "qu'on défende ou non ce projet, il a l'atout et la volonté de participer au développement de l'université et de la formation supérieur à Laval. Le meilleur moyen de s'en convaincre, c'est que notre université et nos enseignants ont des partenariats avec des universités publiques. Moi le premier, j'étais enseignant à la Catho et à Rennes 2". 

L'autre argument, c'est d'aider les lavallois à étudier sur place, "l'avantage, c'est de ne pas avoir à supporter des frais de logement, même la capacité à trouver un logement dans des villes comme Angers", explique le directeur exécutif. Même si il faut le rappeler les formations à l'UCO sont payantes. 

Sur la rumeur d'un éventuel repli du projet sur le quartier Murat, l'UCO dément : "notre première volonté, c'est de rejoindre le centre universitaire de Laval. On a envisagé de délocaliser un certain nombre de formations à Murat, mais de manière transitoire".