Ukraine : une association mayennaise interpelle les mairies et supermarchés 

Mayenne 

14 avril 2022 à 19h11 par Coralie Juret

Mayenne 53 aide aux réfugiés ukrainiens recherche des logements pérennes pour la trentaine de personnes qu’elle accompagne depuis un mois. Elle a aussi besoin de palettes de produits alimentaires pour ses convois à destination de Boïarka, au sud-ouest de Kiev.

Mayenne 53 palettes convoi Ukraine Fougerolles du Plessis_07 04 22_Mayenne 53 ukrainiens
16 palettes de dons sont parties de la Mayenne direction Boïarka lundi 4 avril.
Crédit: Mayenne 53 aide au xrefugiés ukrainiens

En Mayenne, une association en appelle aux mairies et aux supermarchés pour aider les Ukrainiens. Depuis un mois, Mayenne 53 aide aux réfugiés ukrainiens a accueilli une trentaine de personnes dans les environs de Fougerolles du Plessis. Des femmes et des enfants principalement, qui veulent s'intégrer et ont besoin de logements privatifs.

“Les Ukrainiens qui ont pu déjà faire leurs papiers sont éligibles aux APL, donc on fait un appel aux personnes qui ont des appartements ou des maisons à louer, pour que ces familles puissent avoir un logement à eux. Habiter chez quelqu’un, ça ne peut pas perdurer au-delà de quelques semaines ou quelques mois”, explique Astrid Lecomte, une Berthevinoise. Auparavant réserviste de l'Éducation Nationale en région parisienne auprès de populations migrantes, la situation des réfugiés ukrainiens a “touché ma corde sensible” explique-t-elle. “Il y a beaucoup d'initiatives individuelles, par les entreprises du coin et les concitoyens. Moi je fais un appel un peu aussi aux mairies pour mettre à disposition des logements, et que ce soit peut-être plus facile aussi pour les gens qui arrivent d'être aiguillés et de faire la coordination avec les associations locales, pour qu'ils ne soient pas mis à l'écart”.

Car les logements proposés par les municipalités ne sont parfois pas vraiment adaptés : “Des personnes ont pu être par exemple installées soit dans des EHPAD, ou dans des logements un peu excentrés. Du coup c'est très compliqué pour eux parce qu'ils se retrouvent tous regroupés, n'ayant pas de contacts extérieurs, ne sachant pas trop ce qu'il va se passer. C'est important que les gens aient un lien social avec des locaux, qu’ils sentent que les populations veulent les aider, les accueillir”.

 

“Ils veulent s’intégrer et ne pas déranger”

 

Des logements dans des communes bien desservies, précise la bénévole, pour que les Ukrainiens puissent réaliser leurs démarches administratives, et scolariser leurs enfants. Ainsi que des espaces de coworking et des locaux professionnels.

“Une jeune femme a pu reprendre son travail en étant ici en France en télétravail et continuer à travailler pour sa société ukrainienne”, illustre Astrid. “On a également une psychothérapeute qui souhaite reprendre une activité. La protection civile essaie de lui trouver aussi un local, mais ça peut être aussi éventuellement un praticien qui est sur Laval ou alentour, qui puisse l'accueillir dans son cabinet, pour recevoir les Ukrainiens qui ont besoin d'avoir un accompagnement psychologique. Elle a proposé bien sûr en priorité de le faire pour les enfants”.

Les professionnels de santé ukrainiens arrivés sur le territoire peuvent d'ailleurs se faire connaître, pour proposer eux aussi des soins à leurs compatriotes.

 

 

Des convois humanitaires pour ceux qui sont restés sur place

 

Il y a ceux qui ont pu fuir Boïarka par leurs propres moyens ou avec l’aide des bénévoles français, venus chercher un groupe de 14 personnes à Leipzig en Allemagne avec deux minibus, l’un prêté par Renault Mayenne, l’autre par le patron du bar de Cuillé. Et ceux qui sont encore sur place, dans la banlieue de Kiev. Le maire de Boïarka a fait appel à la communauté de Fougerolles du Plessis pour des dons. Mayenne 53 aide aux réfugiés ukrainiens souhaite mobiliser les supermarchés mayennais pour son prochain convoi avec Gorron Frêt.

“S’ils peuvent mettre à disposition des palettes avec des conserves ou des produits, des denrées alimentaires…”, demande Astrid Lecomte. “On a besoin de pouvoir expédier une quinzaine de palettes vers la Pologne, pour ensuite aller livrer une trentaine de palettes au sud de Kiev dans la ville de Boïarka”.

Chacun peut donner un peu de son temps pour soutenir l’association et les réfugiés, en les accompagnant en préfecture par exemple ou en les hébergeant sur Laval le temps d'une nuit. 

Renseignements à contact@mayenne53.com, sur Facebook et le site internet de Mayenne 53 aide aux réfugiés ukrainiens.