Urgences. Le président du Département justifie la réorganisation en Mayenne

Mayenne

Dans un communiqué adressé à la presse ce jeudi 7 décembre, le président du Conseil départemental estime "indispensable" la réorganisation de la médecine d'urgence à Laval, et apporte son soutien au projet de l'ARS de fermer les urgences toutes les nuits à Château-Gontier et Mayenne au profit de l'hôpital de Laval.

7 décembre 2023 à 18h24 par Coralie Juret

Urgences Chateau Gontier panneau piéton_27 06 23_CJ
L'entrée piétons des urgences du centre hospitalier du Haut-Anjou à Château-Gontier.
Crédit : CJ

Une réorganisation des urgences est "indispensable" en Mayenne... Réaction du président du Département au sujet de l'éviction de la Dr Caroline Brémaud à Laval, et du projet de fermer les urgences de Mayenne et Château-Gontier toutes les nuits pour maintenir celles de Laval ouvertes.

"Il était indispensable de mutualiser les moyens et de faire travailler ensemble les personnels" des urgences et du Samu-Smur, écrit Olivier Richefou, qui salue "l'engagement" de l'ancienne cheffe des urgences Caroline Brémaud et lui souhaite de trouver "sa place dans cette nouvelle organisation".

Sur le sujet des urgences déjà régulées à tour de rôle, "nous devons nous donner pour ambition d'avoir chaque soir un lieu d'urgences hospitalières ouvert et la logique veut qu'il soit sur Laval" estime le président de la Mayenne et du SDIS, évoquant "un phénomène illisible de services ouverts ou fermés" qui a des répercussions sur les pompiers "sur-sollicités" selon Olivier Richefou. "Si dans l'avenir des moyens supplémentaires devaient être alloués, alors bien sûr d'autres services d'urgences de nuit pourraient venir compléter l'offre de soins", conclut-il.

communiqué CD 53 urgences 07 12 23
Crédit : Conseil départemental de la Mayenne

 

Le communiqué fait déjà réagir les défenseurs de l'hôpital public. Ils organisent avec l'Association de citoyens contre les déserts médicaux (ACCDM) une manifestation samedi à 12h devant l'hôpital de Laval pour "dire non à la mise en danger de la population".